Accueil Société

Grève au Port autonome de Cotonou : Arrestation manquée du Sg/Syntrapac, des briseurs de grève au poste

0
PARTAGER

(Les travailleurs en Assemblée générale ce jour au Cncb)
Les syndicats des travailleurs de la plate-forme portuaire observent depuis mercredi, 14 juin 2017, un arrêt collectif de travail de 48 h sans service minimum avec tacite reconduction pour exiger le retrait pur et simple de l’Avis d’Appel Public à Candidature pour le recrutement d’un mandataire pour la gestion du Port de Cotonou. Même l’arrestation manquée du secrétaire général du Syntrapac, Urbain Kanlinsou n’a pu faire fléchir les agents en grève. De sources proches des responsables syndicaux, le Sg Kanlinsou serait recherché par les forces de l’ordre qui, dans la journée du mercredi, s’étaient rendus dans son bureau pour l’arrêter. Mais il n’y était pas. Se disant conscients de la légalité et de la légitimité de leur lutte, les travailleurs n’entendent pas lâcher prise jusqu’à ce que le gouvernement abandonne son projet de privatiser la plateforme portuaire de Cotonou. Fortement mobilisés pour contrer la volonté du gouvernement de tout privatiser, les travailleurs du Port Autonome de Cotonou (PAC), de la Cobenam, de la Sobemap du Cncb, de l’Asecna et du TTP ont suivi le mouvement d’ordre malgré les tentatives d’intimidations. Cependant, malgré la fermeté dans le rang des travailleurs, quelques briseurs de grève sont restés à leur poste pour faire échec au mouvement. Une Assemblée générale des travailleurs est prévue pour ce jour, vendredi, 16 juin 2017 pour décider de la suite du mouvement déclenché. Vont-ils durcir le ton ou fléchir ? On le saura bien à l’issue de ladite Assemblée générale. De toute façon, ils se disent ouverts au dialogue franc et constructif.

Les travailleurs résistent…

Ils n’entendent pas accéder aux velléités d’explications tendant à leur faire renoncer au mouvement de débrayage. Ils se disent déterminés à mener le combat jusqu’au bout, jusqu’à ce que le gouvernement rapporte sa décision de confier la gestion de la plateforme portuaire à un mandataire. Pour preuve, les syndicats ont boycotté le dernier appel au dialogue du ministre Hervé Hêhomey et même jugé inopportune et infructueuse, la récente séance tenue avec l’autorité portuaire. Le mouvement de grève étant déclenché par tacite reconduction, les activités seront donc paralysées à nouveau, du mercredi 21 juin au jeudi 22 juin 2017, sur la plateforme portuaire de Cotonou. Un mouvement de paralysie qui ne reste pas sans répercussions sur l’économie nationale. Pour ces travailleurs, la société ne connait pas de difficultés particulières pour avoir honoré ses engagements vis-à-vis des institutions financières, et réalisé sur fonds propres les travaux confortatifs. Aussi, le Port a-t-il participé à l’emprunt obligataire lancé par le gouvernement, en plus de payer 5 milliards tous les ans, selon Urbain Philippe Kanlinsou.« Nous allons continuer notre mouvement de grève jusqu’à satisfaction si le gouvernement ne retire pas cet appel d’offres », martèle-t-il.

Des revendications…

Les partenaires sociaux de la plateforme portuaire n’entendent pas laisser le Port de Cotonou ni les sociétés d’Etat sous tutelle du Ministère des infrastructures et des transports être gérés comme la baraque, subir le même le sort que la Sonapra, selon les responsables syndicaux. Ils exigent entre autres, l’annulation pure et simple de toutes les procédures tendant à la privatisation du Port de Cotonou ; la reprise immédiate des opérations d’empotage et de dépotage par la SOBEMAP sur son parc à l’instar de Bénin Terminal ; l’annulation sans délai des arrêtés signés non ventilés par le Ministre des Infrastructures et des Transports portant octroi d’agréments de manutentions aux sociétés ATRAL et PIK NET WORK au Port de Cotonou le retour du BESC au Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) aux fins d’assurer l’équilibre d’exploitation de l’entreprise.

Aziz BADAROU


Source : Matin Libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here