Gestion foncière et aménagement du territoire : Reprise des lotissements à Abomey-Calavi

Gestion foncière et aménagement du territoire : Reprise des lotissements à Abomey-Calavi

0
PARTAGER

Les travaux de lotissement, de recasement et d’ouvertures de voies ont repris depuis mardi 12 juillet dernier sur toute l’étendue du territoire de la commune d’Abomey-Calavi. La cérémonie officielle consacrant cette reprise s’est déroulée à l’hôtel de ville. Elle a été présidée par le maire de la commune, Georges Bada, en présence des membres du Conseil communal, des acteurs du secteur foncier et des populations.

Un nouvel arrêté communal met fin à la suspension des travaux de lotissement et d’ouverture de voies ordonnée, il y a 10 mois pour faire l’état des lieux et repartir sur de nouvelles bases transparentes et correctives de l’image négative jadis collée à la commune. Au cours d’une cérémonie solennelle organisée à l’hôtel de ville, mardi 12 juillet dernier, le maire et son Conseil communal ont satisfait les populations qui étaient dans l’attente. L’équipe municipale les apaise et permet ainsi de redonner vie à ce secteur alors plombé par des pratiques peu orthodoxes et des comportements qui laissaient à désirer. Un héritage de l’équipe du maire Georges Bada légué aux différentes commissions qu’il a mises en place pour étudier dans les détails, les dossiers afférents à ce secteur.

Les résultats des travaux de la commission technique d’analyse mise sur pied dès les premiers jours de la suspension pour dépouiller les mémoires fournis par les géomètres, les urbanistes, les responsables des comités de lotissements, bref tous les acteurs ont été assortis d’un rapport dont le suivi de l’exécution des recommandations et des conclusions a été confié par l’autorité communale à un autre comité plus élargi. C’est suite à l’observance de ces préalables que le maire, après le quitus du Conseil communal a relancé d’abord le lotissement, le recasement et l’ouverture de voies de la 2e tranche d’Akassato avec la ferme promesse d’étendre cette mesure aux autres arrondissements de la commune. C’est désormais une réalité, puisque depuis mardi 12 juillet dernier, les arrondissements de Godomey, Calavi-centre, Togba, Ouèdo, Golo-djigbé, Hêvié et de la seconde partie restante d’Akassato qui constituent des lotissements entamés depuis plus de deux décennies, sont entrés dans la danse. Il ne reste que les arrondissements de Zinvié et de Kpanroun encore vierges qui seront réalisés suivant les prescriptions du nouveau code foncier et domanial.
A en croire le maire Georges Bada, le développement d’une commune comme Abomey-Calavi est tributaire de la sécurité foncière qui y règne. « Aucun investisseur ne viendra s’installer dans notre commune, s’il n’a pas la garantie que ses installations sont sur des terrains sécurisés et non litigieux », a-t-il déclaré avant de décerner un satisfecit à tous les acteurs qui ont consenti des efforts inlassables pour conduire le processus de réorganisation du secteur domanial et foncier dans la commune d’Abomey-Calavi à bon port.
Par ailleurs, il a exhorté les membres des comités de lotissement, les élus locaux et communaux, les experts géomètres et urbanistes et les populations elles-mêmes, à jouer leur partition pour que les travaux de lotissement, de recasement et d’ouverture de voies sur toute l’étendue de la commune, se déroulent dans la transparence, la paix et l’équité sociale. On comprend aisément la satisfaction des chefs d’arrondissements représentés pour la circonstance par Bernard Hounsou, CA de Calavi-centre et Germain Cadja-Dodo, celui de Godomey. Ils ont transmis la joie de leurs administrés de savoir que les choses vont reprendre de plus belle, mais surtout dans les règles de l’art.
De manière générale, les coefficients de réduction sont élevés, explique-t-on, en raison du nombre élevé d’acquéreurs dans l’attente d’avoir leurs lopins. Ainsi, à compter du mardi 12 juillet, il n’y a plus de délivrance de titre foncier à Abomey-Calavi. ?

Didier Pascal DOGUE

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE