Formalisation de l’économie informelle pour plus de représentativité des Centrales syndicales :...

Formalisation de l’économie informelle pour plus de représentativité des Centrales syndicales : Un dialogue social inclusif préoccupe le Bit

0
PARTAGER

« Formalisation de l’économie informelle pour le renforcement de la représentativité des Centrales et confédérations en vue d’étendre la négociation collective aux travailleurs de l’économie informelle du Bénin ». C’est le thème d’un atelier qui s’est ouvert hier, lundi 21 novembre 2016 à l’Infosec de Cotonou.  Organisé par le Bureau internationale du travail (Bit), cette assise a pour objectif de permettre aux sept (07) Centrales et confédérations syndicales, au niveau du Bénin,de pouvoir définir les politiques et stratégies en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail de ces acteurs et actrices du secteur informel ; de les organiser pour un dialogue social inclusif. Prenant la parole, la représentante du Bit, la spécialiste principale, Activités pour les travailleurs (Actrav) basée en Côte d’Ivoire, Mamounata Cissé a salué les Centrales et Confédérations syndicales du Bénin qui ont beaucoup œuvré pour l’adoption d’une recommandation sur la formalisation de l’économie informelle. Al’issue des travaux, a-t-elle fait savoir, le Bit prendra les recommandations et conclusions pour voir la partqui lui revient, celle du gouvernement et celle des organisations syndicales en terme d’actions et de suivi des dossiers, de l’économie informelle vers la transition. Mamounata Cissé a ainsi exhorté les leaders syndicaux à une participation active à ce séminaire afin qu’en retour, ils puissent partager les acquis avec leurs syndiqués. A son tour,Christophe Houéssinon, Secrétaire général de la Confédération des centrales unies du Bénin (Csub) et porte-parole de l’ensemble des Secrétaire généraux des 07 Centrales et Confédération syndicales, a remercié le Bureau international du travail pour l’organisation de l’atelier. Selon lui, l’économie informelle représente plus de 80% des travailleurs qui contribuent à la croissance économique. Au regard de son importance, il a invité le gouvernement à trouver les voies et moyens pour aboutir à sa formalisation afin que que l’économie dite formelle puisse connaître un nouvel essor.Plusieurs communications ont meublé cette assise. Entre autres: Aperçu de l’économie informelle au Bénin ; les bonnes pratiques des différentes centrales dans l’économie informelle ; les principes  et droits fondamentaux au travail et les recommandations en faveur de la formalisation de l’économie informelle.

MM


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE