Erosion Côtière à Cotonou:Akpakpa Dodomè, Enagnon et Jak en détresse

Erosion Côtière à Cotonou:Akpakpa Dodomè, Enagnon et Jak en détresse

1
PARTAGER

Akpakpa Dodomè, Enagnon et quartier Jak dans le 4ème arrondissement de Cotonou situées en bordure de la mer sont en détresse depuis l’après-midi du dimanche 24 avril 2016. Maisons, restaurants, buvettes et autres infrastructures sont tombés sous la fureur des vagues laissant derrière de nombreux sinistrés. Notre reportage sur la situation.

C’est un drame que vivent certains riverains de l’Océan Atlantique à Akpakpa- Dodomè, Enagon et quartier Jak dans le 4ème arrondissement de Cotonou. Alors que depuis plusieurs années ils subissent les ravages de l’érosion côtière, la mer vient une fois encore de sortir de son lit. Aux environs de 17h, l’après-midi du dimanche 24 avril 2016, une vague d’une violence inouïe a envahi la plage et emporté tout sur son passage. Aux abords de la plage, tout est sens dessus-dessous. Le sol est jonché de feuilles de tôles, de bagages et autres ustensiles. Un bar avec podium installé par un artiste-musicien a été complètement détruit. La crainte est encore dans les yeux. Beaucoup n’arrivent toujours pas à accepter que la mer vienne une fois de plus dicter sa loi aux humains. La plupart des habitants n’arrivent pas à accepter un phénomène cyclique d’une telle ampleur sans pareille et qui n’épargne rien sur son chemin. Ils redoutent un second et un troisième passage pendant les heures qui suivent. Pour le moment, la tristesse est contenue, parce qu’il n’a pas eu de perte en vie humaine. Cependant, un enfant est sous les soins intensifs à l’hôpital après avoir été surpris la chute d’une clôture. Pour le moment la vie est suspendue aux abords de la mer. Quelques spectateurs surpris par l’ampleur des dégâts viennent les contempler.

Le désarroi à Enagnon

Une énième visite malgré l’installation des épis de Siafato entrant dans le cadre du projet de protection des côtes à l’Est de Cotonou, lancés en juillet 2009 par l’ancien président béninois, Yayi Boni. Hubert Sodabi, Moustapha Saïdou et Nicolas Agbété, habitants du quartier Enagnon sont des victimes de cette situation. A en croire ceux-ci, tout est arrivé si vite ce dimanche où la mer, dans sa fureur, a dévasté leurs maisons. « Actuellement, nous avons trouvé de lieu de couchage chez nos voisins du quartier dont les maisons n’ont pas encore été dévastées », ont-ils déclaré. Face à une telle situation, ils implorent la clémence des gouvernants à les aider en vue de trouver une solution pour le bonheur de cette localité. « Nous voulons que les autorités viennent constater les difficultés que nous endurons ici avec la mer afin de pouvoir nous venir en aide. Car, si rien n’est fait d’ici deux ou trois mois, toutes les maisons qui se trouvent encore ici risquent de disparaître », ont-ils ajouté. Alerté, le chef quartier de Enagnon dans le 4ème arrondissement, s’est rendu sur les lieux. « C’est depuis le mois de janvier dernier que l’avancée de la mer s’est accrue. Elle ravage toutes les toitures ainsi que les maisons et les habitations. On a fait appel au maire et à ses adjoints qui étaient venus sur le terrain en plus des ministres. Mais, jusque-là, rien n’a été fait ». Environs 300 habitations ont été déjà engloutis par la mer depuis janvier. Profitant de cette occasion, il a exhorté les autorités compétentes à venir constater les faits en vue de prendre les dispositions qui s’imposent.

Bilan catastrophique au quartier Jak

Du côté du quartier Jak, un restaurant Vip a été touché et son mur arrière emporté par le déferlement des vagues. Tout en imputant la faute aux gouvernants, la propriétaire pense que l’on pourrait anticiper afin d’éviter de pareille situation. Elle invite les gouvernants à prendre les responsabilités qui s’imposent afin de trouver les solutions idoines. Le chef du quatrième arrondissement, adjoint au maire de la ville de Cotonou, Delonix Kogblevi ne s’est pas fait prier pour se rendre également sur le terrain. Accompagné des élus communaux de son arrondissement, il est allé constater les dégâts occasionnés par la mer. Pour lui, le bilan est catastrophique. « Depuis le déferlement de la vague le 31 janvier dernier, on a perdu deux adolescents et depuis ce jour à aujourd’hui, nous n’avons pas ménagé les moyens pour venir à la rescousse des populations jusqu’au niveau central. Mais aujourd’hui où nous sommes en train de chercher à régler ces problèmes-là, le déferlement des vagues s’est encore accentué ». La première disposition à prendre selon lui, c’est de sensibiliser d’abord les populations en vue de les déplacer très loin. Ensuite, il s’agira pour lui de faire le point des dégâts constatés sur le terrain à l’autorité de tutelle afin que les dispositions soient prises. « Je supplie nos gouvernants de nous venir en aide puisque ce qui se passe ici dépasse l’entendement. Nous n’allons pas attendre le pire. On lance un sos à toutes les personnes sur le plan national et international. Ça n’arrive pas qu’aux autres. Aujourd’hui, c’est le 4ème arrondissement qui est en train de souffrir. Je leur demande de venir à notre rescousse », a lancé Delonix Kogblévi.

Léhady Soglo sur les lieux du sinistre

A sa suite, le maire de la ville de Cotonou, s’est rendu, dans la soirée de ce lundi 25 avril, sur les lieux du sinistre pour constater lui-même les dégâts. L’autorité municipale a reconnu qu’il y a effectivement un problème avec la mer qui a emporté sur son passage beaucoup d’habitations. Déjà, des instructions ont été données au chef quartier pour qu’il puisse faire reculer la population afin de voir comment les reloger. En fin de propos, il a promis discuter avec le nouveau ministre du cadre de vie afin de trouver une solution durable et définitive.

Léonce Adjévi

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE