Equipements d’hygiène et d’assainissement dans les écoles: La Fondation Claudine Talon s’engage...

Equipements d’hygiène et d’assainissement dans les écoles: La Fondation Claudine Talon s’engage avec Aide et Action

1
PARTAGER

L’atteinte de l’éducation de qualité requiert la disponibilité des infrastructures et des équipements d’hygiène et d’assainissement. Consciente de cette nécessité, la Fondation Claudine Talon a signé une convention de partenariat avec l’Ong Aide et Action en vue de la mise en œuvre du Projet d’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement dans les écoles béninoises. La cérémonie de signature a eu lieu à Cotonou, mercredi 12 octobre en présence de Claudine Talon, présidente de la Fondation portant son nom, et d’Antoine Gizinga, directeur pays de l’Ong Aide et Action.

Améliorer l’hygiène et l’assainissement dans les écoles du Bénin afin de favoriser l’accès équitable et la rétention des écoliers dans le système éducatif. Tel est le souci de la Fondation Claudine Talon qui a initié le projet d’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement dont la mise en œuvre nécessite la signature d’une convention de partenariat entre la présidente Claudine Talon et Antoine Gizinga, directeur Togo-Bénin de l’Ong Aide et Action.

Intervenant pour le compte de sa structure au cours de la cérémonie, Antoine Gizinga, directeur pays Togo-Bénin de l’Ong Aide et Action, salue la présente cérémonie qui certifie l’intérêt que la Fondation Claudine Talon accorde aux problèmes de santé, d’hygiène et à l’amélioration du cadre de vie des femmes et des enfants. Il s’agit, précise-t-il, d’un partenariat naissant visant à accompagner le gouvernement béninois dans ses efforts d’amélioration de son système éducatif dans les communes dites à besoins prioritaires. Cela se passe à travers le « Projet d’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement dans les écoles du Bénin». Eclairant sur la nature des services à fournir, il mentionnera la réalisation de blocs de trois ou quatre latrines séparées entre garçons et filles avec mur de protection et dispositif de lavage des mains, de rampes pour enfants à mobilité réduite, de postes de lavages des mains dans la cour de récréation. Ce sont 390 écoles réparties dans 28 communes dont 25 sont déclarées à besoins prioritaires, qui bénéficieront de ces infrastructures et équipements d’hygiène et d’assainissement.
La mise en œuvre du projet se fera par étapes. La phase pilote qui prend en compte 70 écoles va d’octobre 2016 à octobre 2017. Elle porte sur cinq communes bénéficiaires, à savoir Porto-Novo, Adjarra, Avrankou, Aguégués et Sô-Ava. Pour cette phase, la Fondation Claudine Talon doit débourser la somme de 458. 698.250 FCFA, soit 81% du budget global. Mais séance tenante, la Fondation a libéré un chèque de 115 millions à titre de premier acompte.
Quant à la deuxième phase, elle est l’extension de la première. Sa durée est de 36 mois et concerne 21 communes.

Une approche innovante

Devant l’engagement de la présidente de la Fondation, Antoine Gizinga n’a pas manqué d’annoncer le sien, à savoir jouer sa partition pour une mise en œuvre efficace du projet. Notamment, l’Ong Aide et Action apportera sa contribution aussi bien en nature qu’en espèces. Ainsi, elle mettra à disposition sa contrepartie financière de 84 237 500 FCFA. Pour l’apport en nature, l’Ong assurera l’exécution et le suivi du projet, jouera le rôle d’appui/conseil auprès des opérateurs de terrain pour l’orientation stratégique et la mise en œuvre des activités, garantir l’atteinte des objectifs du projet.
Pour Claudine Talon, présidente de la Fondation, la signature de cette convention revêt une double signification. «Elle matérialise le démarrage visible des activités de la Fondation et constitue le lancement du projet d’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement dans les écoles au Bénin», confie-t-elle. Par ce projet qui est le premier d’une série, sa Fondation contribuera à améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants en milieu défavorisé.
Les 46.227 élèves qui bénéficieront de ce projet vont acquérir des connaissances et adopter des comportements relatifs à la bonne hygiène et à l’assainissement en milieu scolaire et familial. En dehors de cet aspect, le projet accompagnera les apprenants en matière de participation citoyenne à travers l’éducation au leadership et d’autres compétences telles que la culture de la paix et du dialogue.
Par ailleurs, informera-t-elle, la prochaine action de la Fondation portera sur l’aide à la gestion de l’hygiène menstruelle des filles. «Le manque des conditions logistiques dans les écoles en milieu défavorisé devant permettre aux filles de gérer leurs menstruations est une cause considérable d’absentéisme, voire d’abandon de scolarité pour un grand nombre», révèle Claudine Talon.
La pertinence du projet n’a pas laissé indifférent
Epiphane Azon, président de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves du Bénin (Fenapeb). Pour lui, la Fenapeb se retrouve parfaitement dans cette initiative de la Première Dame qui a pour cible le système éducatif. Jérôme Soglo, directeur de l’enseignement primaire, a également été séduit par la pertinence de ce projet. A son avis, l’hygiène et l’assainissement constituent des défis au Bénin. Le ministère accueille avec bonheur ce projet. Il loue l’expertise de l’Ong Aide et Action qu’a choisie la Fondation pour sa mise en œuvre.
Il convient de rappeler que la fondation a pour vocation d’améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants en situation difficile au Bénin. C’est pourquoi elle met en place des solutions innovantes pour résoudre les problèmes de santé, d’hygiène et de cadre de vie inhérents à la précarité des femmes et de leurs enfants ¦

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. En tant d’ingénieur d’hygiène et d’assainissement de base, je ne peux que trouver que l’hygiène et l’assainissement en milieu scolaire est une initiative louable à accompagner. Je suis en service au ministère de la santé et j’ai eu à travailler durant plusieurs années avec le MEMP sur la promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base et la protection de l’environnement en milieu scolaire. J’ai dix neuf ans d’expériences professionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE