Enseignement supérieur/Nouvelle carte universitaire : Le Synares s’oppose à la compression des...

Enseignement supérieur/Nouvelle carte universitaire : Le Synares s’oppose à la compression des universités

2
PARTAGER

De la rumeur, l’information concernant la confection d’une nouvelle carte universitaire se confirme sous l’ère de la rupture. Il est question, en fait, de regrouper autour des universités d’Abomey-Calavi (Uac), les centres universitaires de création récente à savoir l’Université de Parakou (Up), de Porto-Novo, de Lokossa, de Kétou, d’Abomey et de Natitingou. Une réforme que n’approuve pas le Syndicat autonome de la recherche et de l’enseignement supérieur (Synares). Dans une déclaration faite hier, lundi 13 juin 2016, les universitaires s’opposent à la compression des universités du Bénin telle établie par la nouvelle carte universitaire et la mise en œuvre serait pour bientôt. « Le Synares considère cette vision du gouvernement dans l’enseignement supérieur comme rétrograde, porteuse de graves conséquences non seulement pour les universités mais également pour les populations. Cette vision à tout le moins réductrice, ignore les réalités objectives de chez nous, foule grossièrement aux pieds, les efforts consentis par les populations. C’est pourquoi, elle est tout simplement inadmissible », s’indigne le professeur Fulgence Afouda, secrétaire général du Synares. L’érection de ces nouvelles universités est, selon ses dires, le fruit de rudes et longues batailles que mènent les représentations syndicales universitaires du Bénin depuis plus d’une trentaine d’années. Ceci dans l’optique de solutionner la question de massification des effectifs des universités. Toute chose qui a permis de desserrer l’étau autour de l’Uac avec un élargissement des offres de formation de la communauté estudiantine. Pour le Synares, il ne s’agit donc pas d’une création fantaisiste comme on tente de le faire croire quand bien même on leur trouve un caractère politique. « Le gouvernement de la rupture devra affronter à la fois les universitaires et les populations pour imposer cette vision d’arrière-garde », menace le Sg/Synares, le professeur Fulgence Afouda. Et de poursuivre : « l’actuelle carte universitaire ne s’est pas faite ex nihilo. Elle est le produit de réflexions muries sur fond de besoins exprimés. Demander sa suppression équivaut à une régression injustifiable. Non à la compression des universités ! Non à la carte universitaire Talon ! ». Le syndicat entend œuvrer énergiquement pour faire échec à cette vision.     

Aziz BADAROU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. c’est encor quoi cette histoire de nouvelle carte universitaire ? es qu’il mesure la gravit de cette decision?pourquoi voir t’il mal tt ce qu’est fais par ces prdecesseurs!ct pas serieux

LAISSER UN COMMENTAIRE