Enquête/Projet Média-dév : « Bénin : l’eau potable demeure un luxe »,...

Enquête/Projet Média-dév : « Bénin : l’eau potable demeure un luxe », dixit Abbé Michaël Gomé

0
PARTAGER

Le journaliste de l’hebdomadaire catholique “La Croix du Bénin“, Abbé Michaël Gomé a animé hier, jeudi 7 juillet 2016, à la salle des services de communication de la paroisse Saint Michet de Cotonou, une conférence de presse sur la vulgarisation des résultats de ses investigations sur l’eau potable au Bénin. Occasion pour le conférencier de proposer six défis à relever pour les objectifs au développement durable d’ici 2030.

Financé par Open Society Initiative for West Africa (Osiwa), le projet « Média pour le développement au Bénin » a pour but la promotion de la bonne gouvernance et la consolidation à travers le journalisme d’investigation afin de renforcer non seulement les capacités des hommes des médias en technique d’investigation mais aussi de contribuer à l’amélioration de la gouvernance dans des secteurs clés du développement au Bénin. Dans ce cadre, Abbé Michaël Gomé a réalisé une enquête sur l’eau potable sur toute l’étendue du territoire béninois qui, à l’en croire, demeure un luxe. Un résultat résumé en quatre titres à savoir : on n’a pas d’eau ! Donnez-nous à boire ; la bonne gestion noyée dans les eaux troubles ; dossier Ppea2 : le blues des populations et des prestataires de service, les obstacles géologiques et climatiques se sont pas une fatalité. Selon ses ‘explications, un peu plus de 30% de la population n’ont toujours pas accès à l’eau potable en milieu rural contre 28% en milieu urbain et les femmes soufflent le martyre dans l’approvisionnement en eau potable. A l’en croire, les Omds sont atteints sous le régime défunt. Pour justifier cette affirmation, il affirme que le taux de desserte était de 68,1% en milieu rural contre 72% en milieu urbain à fin décembre 2014. Cependant, le conférencier  a martelé que cette performance aurait été améliorées s’il n’y avait  pas eu une grande influence néfaste du politique. Pour lui, le scandale du Ppea2 a engendré beaucoup de dégâts collatéraux. C’est pourquoi Abbé Michaël Gomé propose six défis à relever à l’horizon 2030 notamment : garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement puis assumer une gestion durable des ressources en eau ; rendre disponible l’eau potable 24h/24 ; surmonter les obstacles géologiques et climatiques ; clarifier le dossier Ppae2 et situer les responsabilités ; payer les prestataires qui attendent à être remboursés dans le cadre du ppea2 et enfin mettre plus de clarté dans la gestion des financements extérieurs et associer la société civile dans la réalisation des futures projets.

A.F.S.        


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE