Echanges du ministre de la décentralisation avec le Fonac : Vers une...

Echanges du ministre de la décentralisation avec le Fonac : Vers une administration locale sans corruption

1
PARTAGER

Une délégation du Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac) et le ministre de la décentralisation ont tenu une séance d’échanges et de travail dans la soirée du mercredi 20 avril 2016 au cabinet du ministre de la décentralisation. A cette réunion, l’occasion fut pour les membres du Fonac, de présenter au ministre Barnabé Dassigli leur félicitation pour sa nomination à la tête de ce département très stratégique pour le développement communautaire et national.

Mettre la décentralisation au cœur des programmes de lutte contre la corruption et promouvoir une administration locale saine, tels sont les objectifs poursuivis par le Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale Barnabé Dassigli et le Président du Front des organisations nationales contre la corruption (Fonac) Jean Baptiste Elias. La présente séance de travail s’inscrit dans la matérialisation de cette dynamique. Rappelant l’objectif du Fonac qu’est d’atténuer la corruption dans les ministères et autres structures publiques, Jean-Baptiste Elias a saisi l’occasion pour soumettre à l’autorité, le Programme intitulé ‘’Initiative de Coopération sécuritaire en Afrique de l’Ouest’’ (Wacsi-Bénin) qui couvre une période de 5 ans. Ledit programme financé par l’Usaid, a démarré depuis le 30 septembre 2014 et finira le 29 septembre 2019. Ce programme permettra au gouvernement du Bénin d’accorder plus d’importance aux affaires criminelles et crimes transnationaux organisés. A cet effet, Jean Baptiste Elias a sollicité le soutien du ministre à travers la signature de la convention de partenariat entre le Fonac et le Ministère de la décentralisation. Pour sa part, Barnabé Dassigli a réitéré toute sa disponibilité à accompagner le Fonac dans la lutte contre la corruption dans l’administration locale. Il a insisté sur la nécessité d’encourager les audits des ressources propres allouées aux communes par l’Etat central, car disait-il « nous devons agir et punir les auteurs ou co-auteurs de corruption afin de freiner la décentralisation de la corruption dans nos communes ».

Aziz BADAROU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE