Doute dans les esprits ou faute professionnelle : la grosse bourde...

Doute dans les esprits ou faute professionnelle : la grosse bourde de la Nouvelle Tribune.

3
PARTAGER

Péremptoire sur le bord, notre confrère de la Nouvelle Tribune, Olivier Ribouis a semblé prêter sa plume à ce pseudo candidat au Brevet d’étude du premier cycle (Bepc) session de juin 2016 au Bénin qui aurait imploré l’indulgence du secrétariat de correction pour son cas. D’une trainé de poudre, cette information est partie des réseaux sociaux pour atterrir chez notre confrère Olivier. Fier d’avoir trouvé le scoop du week-end, notre confrère s’est jeté sur l’information, illustration à l’appui (voir photo).

feuille-bepc

C’est justement cet élément important de la publication qui a retenu notre attention. L’image illustrative de l’article n’est rien d’autre que la photographie de la feuille de composition du candidat. Mais du haut de votre expertise en vérification de l’information avant publication, nous avons découvert trois erreurs graves chez notre confrère de la Nouvelle Tribune.

Premièrement la date de composition de la session. Sur la feuille (photo ci-dessus) il est mentionné 21 juin 2016. A cette date, le Bénin organisait le baccalauréat. Après vérification, nous nous sommes rendu compte que le BEPC session de juin 2016 a eu lieu au Bénin entre le lundi 13 juin 2016 et le mercredi 15 juin 2016.

Deuxième erreur, la feuille de composition. En effet, la feuille photographiée n’est pas le modèle utilisé au Bénin encore moins ce qui est utilisé pour cette session de juin 2016. Le modèle béninois est en deux parties. La première partie porte les identités (Nom, Prénoms, numéro) du candidat et porte la mention « ne rien écrire ici ». Elle est détachée de l’ensemble lors de la phase préparatoire de la correction. La deuxième partie est celle portant encore identité du candidat et le traitement du sujet. Sur l’illustration de notre confrère, c’est plutôt une feuille de composition à rabat que nous observons, contraire donc au modèle béninois (du Cep au baccalauréat). Ce modèle de feuille de composition est celui utilisé dans les universités au Bénin.

La troisième et plus grave erreur de notre confrère Olivier, la mention DECO inscrite en filigrane sur la feuille de composition (Photo ci-dessus). Selon nos sources, cet acronyme est celui de la Direction des examens et concours de la Côte d’Ivoire. Son homologue au Bénin est la DEC et n’est même pas disposé tel quel sur la feuille. La plus grande erreur que ne commettra jamais un stagiaire dans la profession est la signature de la photographie. En effet, l’image qui est venue directement de la Côte d’Ivoire et qui est partout sur les réseaux sociaux a été frappée du sceaux de la « Nouvelle Tribune ». Cela s’appelle plagia et est passible de mesures disciplinaires.

Conclusion, aucun candidat n’a écrit ce message au Bénin et nos candidats au Bénin sont donc très intègres pour se laisser à cette bassesse. Notre confrère s’est certainement laissé emporter par l’euphorie de la concurrence notamment par ces temps d’après élection où la matière première (information) se fait rare chez les chasseurs d’images et de sons.

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE