Développement par le dialogue interreligieux:Tévoédjrè relance son projet de paix

Développement par le dialogue interreligieux:Tévoédjrè relance son projet de paix

0
PARTAGER

Depuis hier jeudi 26 mai 2016, et ce jusqu’à ce jour, se tient à Cotonou l’atelier d’harmonisation en vue du démarrage du projet d’initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel.
D’éminents acteurs réfléchissent sur la problématique d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel. Il s’agit d’un projet porté par le Centre panafricain de prospective sociale de l’Institut Albert Tévoédjrè.

Pour la reprise des activités du Cpps-Iat, le Frère Melchior a convié d’éminents acteurs à l’atelier de relance. Ils entendent accoucher d’un programme qui permettra d’instaurer un climat favorable à la mise en route effective de ce projet social. Le présent atelier intervient un an après le symposium qui a marqué le lancement de ce projet et qui avait réuni d’éminentes personnalités à Cotonou. Les porteurs et partenaires du projet se sont retrouvés en atelier hier jeudi 25 mai 2016 et ce pendant 48 heures pour apprécier les effets du Manifeste adopté à l’unanimité au sortir du symposium de 2015 d’une part, et d’autre part, réfléchir sur la mise sur pied d’un programme qui permet la mise en route effective dudit projet. Lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le président d’honneur du Cpps-Iat, le professeur Albert Tévoédjrè, a salué le gouvernement pour son engagement soutenu dans ce projet. C’est la preuve, a-t-il dit, que le gouvernement a conscience de l’importance de ce projet social pour la culture de la paix et le développement. Il a également tenu à rendre hommage aux participants venus du Togo, de la Côte d’Ivoire et plus particulièrement du Japon, premier partenaire de ce projet. Lors de son allocution, l’ambassadeur du Japon près le Bénin a réaffirmé l’engagement du gouvernement nippon à accompagner les initiatives de culture de la paix à travers le dialogue interreligieux et interculturel dans les pays africains. « Les guerres, les violences et les actes terroristes détruisent… Il n’y a pas de développement durable sans la consolidation permanente de la paix », a-t-il indiqué. Après avoir transmis la reconnaissance du chef de l’Etat au gouvernement japonais pour sa contribution substantielle de 200 millions pour la mise en œuvre du projet, le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia, a souligné l’intérêt que porte le gouvernement à ce projet. Par la suite, il a ouvert les travaux de l’atelier avec l’espoir que les réflexions aboutissent à des propositions de grande utilité pour le renforcement du mécanisme de vivre ensemble et la lutte contre la violence à travers la culture du dialogue.

Anselme Aguéhoundé
(Stag)

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE