Délocalisation des auto-gares vers le parc unique du Cncb: Rachidi Gbadamassi soutient...

Délocalisation des auto-gares vers le parc unique du Cncb: Rachidi Gbadamassi soutient Charles Toko

1
PARTAGER

Dans un message adressé aux populations de la ville de Parakou, le député Rachidi Gbadamassi apporte son soutien au maire Charles Toko. Le député explique le bien-fondé de la décision du Conseil municipal, son origine et son impact sur l’image future de la ville de Parakou. Lire le message.
Populations de Parakou,

Chers frères et sœurs,

Malgré la distance qui me sépare de vous, en ce moment où je m’adresse à vous, j’ai pu suivre de près toute l’opération relative à la délocalisation des auto-gares de notre ville commune. Je voudrais, si besoin en était encore, rappeler que c’est une décision du Conseil municipal que nous avons tous élu. Et le maire Charles Toko n’a fait que traduire dans les actes la décision. Je voudrais saluer et encourager le maire pour son engagement et sa vision du développement de notre ville commune. Malgré le caractère impopulaire de ladite décision, il n’a faibli devant aucune difficulté. C’est la preuve qu’il porte à cœur l’émergence de la 3ème ville à statut particulier. C’est aussi la preuve qu’il avait déjà une vision bien claire du développement avant de prendre les commandes de la ville. L’empêcher de réaliser un tel objectif, c’est trahir tout le peuple de Parakou. Le projet était bien pensé, bien muri et sa mise en œuvre s’est faite avec la plus grande minutie. Les résultats en disent d’ailleurs long. Je sais et je partage entièrement la douleur, les chagrins ou encore les désagréments que chacun de nous peut subir ; mais comme on le dit souvent, on ne peut faire des omelettes sans casser des œufs. Toutes les villes du monde qui sont aujourd’hui très attrayantes ont pris par là. Et Parakou doit cesser d’être un « gros village» pour se hisser au rang des villes modernes. Mais pour y arriver il faut consentir des sacrifices, parfois de très lourds sacrifices. L’élan de développement que prend le maire Charles Toko n’est pas le premier exemple dans la ville de Parakou et nous donne raison, lorsqu’il y a quelques mois, je disais qu’il est l’homme de la situation. Cela nous rappelle également l’année 2003 où nous étions aux affaires. Malheureusement, j’ai été stoppé dans mon élan pour des raisons politiques in-fondées. Nous devons à présent nous remettre en cause et regarder résolu-ment vers l’avenir. Nous devons soutenir la bonne cause si nous voulons que Parakou sorte des sentiers battus. La bonne cause ce sont les réformes salutaires et salvatrices qu’entendent opérer Charles Toko et son équipe. Mon amour pour Parakou, ma foi et ma croyance religieuses m’obligent à vous dire la vérité et à vous éviter les erreurs politiques. Tant Charles Toko est décidé à changer le visage de Parakou, tant il a la prière exaucée des mannes de nos ancêtres. C’est pourquoi nous avons l’obligation de soutenir ses actions et de l’encourager afin qu’il ne trébuche. Car, si Charles Toko échoue, c’est tout le peuple Kobourou qui aura échoué parce qu’il est et demeure ce-lui par qui peut arriver de mieux à cette ville longtemps abandonnée et méprisée.
Chères populations de Parakou, mes chers compatriotes, l’heure a sonné pour nous d’avancer. Nous n’avons pas droit à l’erreur. Femmes, hommes, jeunes, artisans, cadres, tous pour le développement. Parakou a besoin de vous levez-vous pour sa construction !

Rachidi Gbadamassi, Député à l’Assemblée nationale

(Depuis Paris, France)

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Gbadamassi est un receleur politique il est prêt à tout pour être à l’Assemblée Nationale. Cela ne m’étonne pas de lui. quand il était avec YAYI il s’est retrouvé à Paris une fois de retour il a dit tout sauf talon. il a soutenu ajavon avant même que ajavon ne donne son mot d’ordre il s’est retrouvé avec talon. Maintenant il voit la main de YAYI partout puisse que c’est la condition pour l’aider à se repositionner en 2019. Donc il est dans sa logique.

LAISSER UN COMMENTAIRE