Défaut de plan de développement de l’économie numérique :Le Bénin dans les...

Défaut de plan de développement de l’économie numérique :Le Bénin dans les profondeurs

0
PARTAGER

Les différents gouvernements de l’ex président Yayi Boni ont fonctionné à l’image des analphabètes du 21è siècle. Le défaut de plan de développement de l’économie numérique a favorisé une navigation à vue, étalant le tapis à l’extrême pauvreté.

Plus de 3,7 millions de Béninois vivent en deçà du seuil de pauvreté. C’est ce qui ressort du diagnostic posé par des experts qui réfléchissent à Cotonou sur le développement numérique du Bénin. Il ressort des différents exposés que le Bénin ne disposait pas d’un plan conséquent de développement de l’économie numérique sous le régime Yayi Boni. Ainsi, en 10 ans de gestion hasardeuse, la société Bénin télécoms Sa qui a subi des mutations est encore désuète. Libercom, le premier réseau de téléphonie mobile est en déconfiture et incapable de concurrencer les réseaux de téléphonie mobile des opérateurs privés. En plus de ces constats, moins de 5% des Béninois ont accès à l’Internet dont l’utilité dans le monde de développement technologique n’est plus à démontrer. Par ailleurs, la qualité de la connexion internet laisse à désirer. Dans un récent classement mondial, le Bénin a occupé la 179e position sur le plan mondial, selon le baromètre Ookla, qui permet de mesurer la vitesse des connexions de tous les pays du monde. La moyenne de la vitesse de connexion au Bénin est de 0.64 Mbps contre 46.03 bps à Hong Kong, numéro 1 mondial. A contrario, le premier pays africain dans ledit classement, est le Rwanda. Il occupe la 62e place, avec une connexion de 8.16 Mbps en moyenne. Le Ghana est 86e avec 5.69 Mbps, l’Ethiopie est 88e, avec 5.14 Mbps, et le Kenya arrive à la 92e position avec une vitesse de 4.87 Mbps. Or, l’investissement nécessaire à consentir pour rendre optimales les fonctionnalités de ces outils modernes de communication est porteur d’espoir pour les populations. Il en résulte que leur exploitation participera, de façon substantielle, au produit intérieur brut. Alors, le diagnostic des experts réunis à Cotonou traduit le malaise que vivent les Béninois dans leur large majorité dans le secteur de l’économie numérique. Et pourtant, les potentiels ne manquent pas. Il suffit de disposer d’un plan de travail et d’une méthodologie réaliste qui permettent de rendre viable le secteur et d’en tirer les bénéfices pour le bonheur des citoyens.

Jean-Claude Kouagou

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE