Crise du Kpayo:Première journée cauchemardesque pour les Cotonois

Crise du Kpayo:Première journée cauchemardesque pour les Cotonois

0
PARTAGER

Les maîtres des lieux ont rangé bidons et bouteilles et les cotonois transpirent. L’essence frelatée (Kpayo) est devenue rare. Le prix d’or est 1000 Fcfa le litre. Le liquide inflammable ne court plus les rues. Les vendeurs sont suffisamment désœuvrés. Le calvaire a une fois encore démarré avec des pannes d’essence en pleine chaussée. Tout se complique pour les motocyclistes quand ils sont obligés de trainer leurs biens sous la canicule ‘’veneneuse’’ de ces derniers jours, à la recherche de la petite bouteille de Kpayo.

Au niveau des stations-services, la longue veillée a démarré. Encore tard dans la nuit, les motocyclistes de Cotonou continuent de faire la queue pour se faire servir le carburant. Les yeux s’alourdissent. La fatigue assomme, mais le réservoir vide contraint à subir les assauts de la rosée. La mauvaise nouvelle est que tout ce cortège de mauvaises nouvelles n’est pas fait pour prendre fin sous peu. Selon les informations, le géant de l’est (Nigéria) tousse. La crise du pétrole dans ce pays s’accentue et il semble qu’on est parti pour plusieurs jours encore. Le péril est plus qu’imminent, la grosse équation, c’est la capacité des stations-services à satisfaire la demande très forte de la population. Le fait que le Bénin ne tient pas ses sources d’approvisionnement du Nigeria exclusivement est une bonne nouvelle. Mais, est-ce que les structures légales peuvent satisfaire la demande ? Le pessimisme est de mise. La fin du calvaire n’est pas vraiment pour demain.

HA


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE