Corruption dans une affaire de passation de marché au Memp : La...

Corruption dans une affaire de passation de marché au Memp : La réaction du service des impôts attendue

0
PARTAGER

Depuis quelques jours une affaire de corruption impliquant l’Imprimerie Tundé dans un dossier de passation de marché au ministère de l’Enseignement maternel et primaire défraie la chronique. La Direction générale des impôts et domaines (Dgid) aurait, par une lettre adressée à la Personne responsable des marchés publics (Prmp), certifié que l’attestation de l’un des soumissionnaires (en l’occurrence l’Imprimerie Tundé), dans une procédure de passation de marché public relative à la production de manuels scolaires pour le compte du ministère des Enseignements maternel et primaire, n’est pas délivrée par ses services compétents. L’Imprimerie Tundé aurait donc produit une attestation falsifiée en violation de l’article 68 du code des marchés publics. Nonobstant cela, elle s’est vue attribuer le gros lot et n’eut été la lettre de contestation de l’un des deux autres soumissionnaires, l’Imprimerie Tundé aurait frauduleusement gagné le marché. Mais le pire c’est que la Prmp décide de reprendre la procédure, certainement par dépit, avec les mêmes soumissionnaires y compris l’Imprimerie Tundé.

Par presse interposée, les parties en conflit dans cette rocambolesque affaire tirent chacune le drap de leur côté. On lit dans les colonnes des journaux qu’il s’agit purement et simplement d’une intoxication dans laquelle l’Imprimerie Tundé ne se retrouve aucunement. Dans le même temps, la partie qui dénonce affirme produire au besoin les preuves quant à la supercherie orchestrée entre la Dgid, la Dncmp et l’Armp afin que le marché soit attribué à un soumissionnaire qui n’est pas en règle.

Dans ce dossier, la Dgid est interpellée puisqu’elle est la seule structure  qui atteste de l’authenticité d’une attestation. Et dans ce cas précis, c’est elle qui, la première, a tiré la sonnette d’alarme sur le fait que l’Imprimerie Tundé était détentrice d’une attestation falsifiée. On ne comprend pas alors qu’elle se réfugie dans un mutisme alors qu’elle est la seule à mettre fin à la polémique en publiant elle-même les lettres dans lesquelles elle affirme que l’attestation de l’Imprimerie Tundé n’est pas conforme au cahier de transmission officielle des attestations fiscales aux contribuables. Ce silence de cimetière en rajoute à la polémique en ce sens qu’il fait obstacle  à la manifestation de la vérité. Les deux parties en profitent pour entretenir la confusion dans les esprits alors que, manifestement, il y a un soumissionnaire qui n’est pas en odeur de sainteté.

La Dgid étant sous la tutelle du ministère des finances, il urge que le nouveau ministre de l’Economie et des Finances Romuald Wadagni demande à voir clair dans ce dossier. Romuald Wadagni doit instruire la Dgid à faire la lumière dans cette affaire afin que le Nouveau départ ne soit pas entaché aux premières heures par un scandale.

M.M

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE