Contrôle routier : Le Cnsr toujours dans l’à-peu-près

Contrôle routier : Le Cnsr toujours dans l’à-peu-près

0
PARTAGER

Un simulacre de contrôle ! Voilà le spectacle auquel s’adonnent les agents du Centre national de sécurité routière (Cnsr) sur les axes routiers. Un peu partout sur le territoire national, à certains jours de la semaine, ils investissent les principaux axes routiers donnant l’impression de vérifier les pièces des véhicules notamment les taxis. Mais à voir de plus près le travail qui se fait, c’est tout sauf un vrai contrôle. En effet, la plupart des conducteurs de taxi savent les jours et  heures où le Cnsr fait sa descente. Et au cas où, il arrive qu’ils soient surpris, leurs collègues, qui ont, très tôt, remarqué la présence des agents du Cnsr, ont tôt fait de partager l’information. Arrivés à quelques mètres du lieu où se fait le contrôle, les conducteurs garent leurs véhicules, lesdeux pieds sur le trottoir attendant patiemment l’heure de départ des agents du Cnsr. Souvent, ils quittent le terrain quand il sonne 18h et cela est connu de tous les conducteurs. Mais avant cette heure, on constate  des véhicules garés en file indienne à quelques mètres seulement du lieu où le contrôle se fait. Comment ces agents qui sont envoyés sur le terrain pourraient-ils ignorer cet état de chose puisque parfois, il leur suffit de lever la tête pour voir le nombre de véhicules garés non loin du lieu où ils font leur contrôle. Et quand il sonne 18h, souvent les agents n’ont pas encore eu le temps de plier bagage que les véhicules démarrent, passent devant eux comme s’ils venaient d’être délivrés d’un embouteillage. A la question de savoir pourquoi ne pouvaient-ils pas être en règle ? La plupart des conducteurs répondent que cela leur est presque impossible. Même si le conducteur a son permis, le droit taxi et l’assurance du véhicule à jour, il a toujours un petit quelque chose. Si ce n’est pas le pare-brise qui est cassé par endroit, c’est le feu-arrière qui est amoché, absence de certains éléments dans la boite à pharmacie, un rétroviseur qui n’existe que de nom ou l’extincteur qui est hors d’usage. Comment comprendre que les agents du Cnsr ne savent pas cela. Et le sachant, quelle est donc la finalité de ce travail approximatif auquel ils se livrent? Leur descente sur les axes routiers n’a presque aucun impact sur la prévention des accidents de circulation à part le fait qu’ils perdent du temps aux voyageurs qui sont contraints d’attendre que le conducteur  veuille reprendre la route après qu’ils auraient arrêté leur contrôle.

B.H


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE