Consommation du sel non iodé: L’absence de loi favorise les troubles dus...

Consommation du sel non iodé: L’absence de loi favorise les troubles dus à la carence en iode

0
PARTAGER

La consommation en iode est la chose la mieux conseillée. Mais son abus ou son manque dans l’organisme occasionne des Troubles dus à la carence en iode (TDCI). Une situation due à l’absence des textes en la matière au Bénin.

« L’abus en toute chose nuit». Ce qui, à travers certaines habitudes alimentaires, se manifeste également. Les populations, en ce qui concerne la consommation du sel, sont souvent confrontées à cette difficulté. Non seulement, elles ont du mal à faire la différence entre le sel iodé et celui non iodé, mais ne maîtrisent pas souvent la dose requise en la matière. Ce qui se traduit souvent par un manque d’iode dans l’organisme ou sa forte quantité dans l’organisme. Dans l’un ou l’autre cas, les populations sont exposées à des problèmes de santé graves.

Les populations ont de plus en plus propension à consommer des aliments riches en énergie contenant beaucoup de graisses saturées, de sucre et de sel. Ce qui constitue la principale source de sodium dont la présence accrue dans l’organisme, est à la base de l’hypertension et à un risque plus élevé de cardiopathies et d’accidents vasculaires cérébraux. Ainsi, la commercialisation et la consommation de sel doivent être réglementées dans chaque pays. Malheureusement au Bénin, les populations ignorent l’existence d’une telle loi. Ce qui, estime la sage-femme spécialiste en nutrition-diététique, chef division promotion nutrition et surveillance de l’état nutrition, Jeanine G. Agbo Monlemey Lawani, tout en dénonçant cet état de fait, constitue un véritable frein à la consommation de sel. Autrement dit, expliquera-t-elle, l’absence de loi constitue un véritable frein à la consommation de sel. Ce qui, selon elle, donne lieu à une importation non contrôlée du sel iodé, au manque d’iodation du sel localement produit et à l’absence de manuel de procédures pour assurer de manière adéquate le contrôle de qualité de l’iodation du sel. D’où le laxisme constaté dans l’application des mesures disciplinaires à l’endroit des contrevenants à la règlementation nationale et aux difficultés de doter la teneur réelle en iode du sel pour s’assurer de son adéquation aux normes du sel alimentaire.
Dans ces conditions, les autorités compétentes en la matière ont grand intérêt à faire connaître la loi qui règlemente la vente et la consommation du sel au Bénin, si elle existe. Elles auront à œuvrer pour que le Bénin dispose enfin d’une loi digne de protéger et de sauver les pauvres populations.
Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'iode dans l'alimentation est un oligo-élément. Elle joue un rôle important pour le bon fonctionnement de la thyroïde. L'iode contribue à la production des hormones thyroïdiennes, à travers la régulation du métabolisme cellulaire. Il aide à la production des sucs gastriques et à la digestion des glucides, des lipides et des protéines, puis intervient dans le système nerveux, le fonctionnement normal du cœur et des muscles, favorise la croissance et la maturation du squelette. L’iode est aussi nécessaire à une bonne fertilité et stimule la lactation chez la femme allaitante. Il agit positivement sur le système tégumentaire: peau, cheveux, ongles.
Selon les études scientifiques réalisées à ce sujet, elle joue un rôle important dans l’accroissement des facteurs de risque des maladies non transmissibles, telle que l’hypertension artérielle qui est très largement corrélée aux maladies cardiovasculaires et peut être aussi liée à d’autres maladies non transmissibles telles que les maladies rénales.

Les dangers dus à la carence en iode

L’OMS précise qu’en dehors des lésions cérébrales pour le fœtus, la carence en iode pendant la grossesse entraîne aussi des problèmes de petit poids à la naissance, de prématurité et une augmentation de la mortalité périnatale et infantile. Les jeunes enfants sont aussi particulièrement exposés car leur cerveau a encore besoin d'iode pour se développer au cours des deux premières années de vie. Chez l'enfant, la carence en iode perturbe le développement physique et cognitif et peut provoquer une hypothyroïdie.
Les personnes qui doivent surveiller leur taux en iode sont les femmes enceintes et celles allaitantes, les femmes ménopausées, les fumeurs, les sportifs, les nourrissons, les adolescents, les personnes âgées, les personnes sous traitement médical. La carence importante en iode entraîne une baisse de production d’hormones thyroïdiennes et peut provoquer des troubles comme la prise de poids, la fatigue générale, la baisse de la mémoire, la constipation, la dépression, la diminution irréversible des facultés mentales, les hallucinations et la stérilité.
En cas d’excès dans le corps, l’iode expose à des effets pervers. La surcharge en iode est également très fréquente, mais elle est rarement d'origine alimentaire. Il s'agit, le plus souvent, d'un surdosage médicamenteux. Un excès d'iode dans l’organisme peut provoquer des symptômes d’écoulement nasal, d’éternuements, des éruptions cutanées, des hémorragies diverses et des vertiges ou plus graves, des œdèmes de la glotte ou du poumon.

Désiré GBODOUGBE

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE