Concours frauduleux :Le silence coupable des mis en cause

Concours frauduleux :Le silence coupable des mis en cause

2
PARTAGER

Certains anciens ministres et cadres du pouvoir défunt dirigé par le Président Boni Yayi, ont été cités comme présumés auteurs ou complices des fraudes ou irrégularités commises dans les concours directs organisés par l’Etat en 2015. Appelés à se prononcer sur leur implication dans lesdits concours annulés par le gouvernement, ils ont gardé le silence. Une attitude surprenante et même qualifiée d’un aveu de culpabilité qui de l’avis de bon nombre de citoyens, mérite d’être sanctionnée et punie par la justice.

Comment comprendre le comportement de ces cadres qui il y a quelques mois, ont répliqué aux dénonciations faites par les citoyens et même les autorités béninoises ? Le gouvernement a décidé de mettre sur pied, une commission pour clarifier la situation au sujet de ces concours, sources de polémique et de nombreuses accusations. Mais ceux qui étaient soupçonnés ou dénoncés comme étant les auteurs ou complices de ces irrégularités ont, à l’époque, élevé la voix pour qualifier la démarche de chasse aux sorcières. Ils ont ensuite déclaré qu’ils défient, quiconque donnerait la preuve des dites fraudes ou irrégularités. Au terme des travaux de la commission et du rapport qui les épingle, ils gardent un mutisme surprenant, donnant l’impression qu’ils n’ont plus d’arguments ou qu’ils reconnaissent leurs forfaits ou culpabilité dans cette affaire. Des millions auraient été déboursés par certains parents de candidats pour favoriser la réussite de leurs enfants auxdits concours organisés sur fond de corruption, de régionalisme et autres pratiques non recommandables. En dépit des victimes innocentes qui sont en minorité et qui sont régulièrement admises à ces concours, l’ampleur de la fraude exige des autorités d’annuler ces concours, de sanctionner les mis en cause en attendant la justice qui est appelée d’urgence à jouer sa partition. Le processus est en cours et tous ceux qui seront reconnus coupables, répondront de leurs actes afin que force reste à la loi.

Euloge R. GANDAHO/Le Grand Matin

aCotonou

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. le ministre n’a rien a voir avec cette marche cesser d’ecrire des connerie. Ne tromper pas le peuple la dicision du gouvernement d’annuler les concours est plus politique que professionnelle

LAISSER UN COMMENTAIRE