Concepts de gouvernance à l’avènement du président Talon:Rupture ! Nouveau Départ ! Attention, ne...

Concepts de gouvernance à l’avènement du président Talon:Rupture ! Nouveau Départ ! Attention, ne pas les galvauder

2
PARTAGER

L’actualité politique du Bénin est marquée, depuis quelques semaines par certains concepts clés. Il s’agit de « Rupture », du « Nouveau Départ », « Nouvelle conscience » et autres. « Les deux premiers concepts ont envahi l’esprit des Béninois avec un effet éblouissant qui risque de créer une confusion générale. Sans être l’initiateur de ces trois concepts forts, il est urgent d’apporter un apport technique dans la dynamique actuelle dans laquelle se trouve le Bénin, ma patrie.
Il est essentiel de comprendre que c’est parce que le mot « changement » est galvaudé et dépouillé de son contenu constructif que beaucoup de personnes hésitent à l’utiliser.

Sinon que, la Rupture et le Nouveau Départ… sont tous porteurs de « Changement » qui, cette fois-ci, se veut positif et durable. C’est pourquoi il est important de comprendre que la Rupture est terminée. Autrement, aucune perspective et aucune théorie sociale ne pourra expliquer et/ou soutenir les agissements, les actions et les réactions des uns et des autres. Evidemment ! On ne peut rompre qu’une seule fois et un nouveau départ ne peut être pris qu’une seule fois aussi. Les élections sont terminées. Talon est élu. La Rupture est effectuée et le Nouveau départ est pris. Les concepts de « Rupture » et de « Nouveau départ » doivent cependant laisser place ou sous-entendre un changement positif durable, autrement la Rupture tant prônée sera transformée en déchirure. C’est pourquoi la floraison des mouvements de soutien, doivent comprendre que le Bénin s’est lancé dans une dynamique de changement positif et durable avec tout son corolaire et prendre des dispositions pour l’accompagner. Un mouvement pour la Rupture par exemple n’est qu’une utopie car la Rupture et le Nouveau départ sont des actes ponctuels et non un processus. Les mouvements, les groupes ou clubs politiques et autres doivent appuyer ce processus de changement positif durable ou faire une place à cela dans leur mission et vision. Pour cela, il faut comprendre que le changement est le fait de passer d’un état à un autre. C’est transformer dans la perspective organisationnelle pour passer l’organisation d’une situation actuelle (jugée insatisfaisante) à une autre désirée (jugée meilleure). Il peut être imposé ou souhaité. C’est alors établi que nous sommes dans une dynamique de changement. Au Bénin, les raisons qui sou tendent le changement sont de quatre ordres : Economique, Technologique, Sociologique et Institutionnelle. C’est dire que les attentes des Béninois du régime Talon sont énormes et les défis aussi. Les discours selon lesquels on doit faire ci on doit faire ça dans tel ou tel délai ne comptent pas avec ce que changer le comportement des hommes est l’une des choses les plus difficiles surtout lorsque ces derniers ont subi depuis plusieurs années une déformation professionnelle et ont intégré les mauvaises habitudes comme des normes.

Les trois principaux acteurs du changement

Le Président Talon ne pourra pas faire de miracle. Il ne pourra pas changer tout le monde dans toute l’administration malgré son intention de faire du Bénin un Etat prospère. Les forces négatives (obstacles et résistances au changement) existent et donc font freiner tout élan de changement. Il va falloir faire l’équilibre de telle sorte que les forces positives (moyens, leviers, ressources, compétences) du changement l’emportent sur les négatives. Alors les trois principaux acteurs du changement que sont le promoteur du changement, les agents du changement et les cibles doivent jouer convenablement leurs rôles. Pour réussir les acteurs du changement doivent concevoir l’Etat comme un ensemble de sous-systèmes interdépendants dans un environnement complexe où un changement dans un sous-système provoquerait de profonds bouleversements dans tous les autres. Il faut impérativement pour un changement positif durable dégeler l’ancien système, modéliser le système et cristalliser ou geler. Dans ce contexte, les individus développent des attitudes face au changement. Ces attitudes sont une série de réactions émotives qui durent dans le temps et se présentent comme suit :
• stabilité ; Personne ne veut plus prendre d’initiative à l’annonce du changement
•immobilité ; Peur-confusion
• rejet ; tentative, voire défense de l’ancien comportement, rejet du nouveau
• Agressivité ; colère-amertume
• Négociation ; tentative de minimiser les impacts du changement
• Régression/frustration ; sentiment d’avoir perdu
• Test ; essai limité de la nouvelle situation
• Acceptation ; changement encore perçu négativement
• Engagement ; changement perçu positivement
C’est alors que le gouvernement doit offrir les conditions de succès du changement en mettant en place une Cellule de Gestion des Conflits et de la Conduite du Changement car, le succès du régime Talon dépendra fortement de sa capacité à réagir de manière adéquate face à chaque réaction émotive pour que le changement positif durable soit.

Réflexion de Alexandre Eggoh

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. Le prsident n’a pas de temps perdre. Il doit mettre ses relations en Branle pour que le prsident de la commission des lois de l’Assemble Nationale soit un Dput de confiance pourqu’il n’y ait pas de blocage au sein de cette commission.

LAISSER UN COMMENTAIRE