Commission de vérification de la régularité des concours de recrutement 2015 :...

Commission de vérification de la régularité des concours de recrutement 2015 : Encore 15 jours au plus pour annuler ou valider

1
PARTAGER

(30 jours déjà ! Des doutes sur l’authenticité des conclusions)
Officiellement installée, mardi 10 mai 2016, la commission de vérification de la régularité des concours de recrutement 2015 vient d’achever un mois soit 30 jours de travail. Conformément au décret N°2016-284 du 3 mai 2016 consacrant sa mise sur pied en vue de faire la lumière sur les concours dits à polémique, cette commission composée de 12 membres dispose d’un mois (30 jours) pour les travaux de vérification relatifs aux concours organisés au profit de l’administration centrale des finances, de la douane, des impôts, du trésor et de quarante-cinq (45) jours pour l’ensemble des autres concours. En conséquence, les admis aux concours des finances devraient être situés sur leur sort ce jour, vendredi 10 juin 2016. Quant aux autres, il faudra attendre encore quinze (15) jours au plus pour en avoir le cœur net. Soulignons qu’il s’agira, pour la commission, de mener les investigations nécessaires à la manifestation de la vérité à travers une collecte des éventuelles preuves de fraudes afin de prononcer l’annulation ou la validation desdits concours. Ainsi, le 17 mai 2016, cette commission présidée entre-temps par Léandre Loko avait demandé par communiqué, à toute personne qui détiendrait des preuves susceptibles d’éclairer l’enquête en cours, à les faire parvenir à la commission sous plis fermés par le biais des tribunaux de premières instances. C’était donc la dernière fois que la commission donnait de ses nouvelles. Faut-il le rappeler, après la suspension, mercredi 13 avril 2016, de la procédure d’engagement dans la Fonction publique des agents recrutés au titre de 2015 et du gel de tous les recrutements en cours, les admis à ces concours, avaient manifesté et ont même engagé des avocats pour la défense de leur cause. Notons que ces concours concernaient les corps de l’Etat tels que la douane, impôts, trésor, justice, enseignement, jeunesse et sports.

Des doutes déjà sur l’authenticité des conclusions…

Avec la démission du président de ladite commission, Léandre Loko et son remplacement par Michel Magnidet à travers une modification, le 1er juin en Conseil des ministres, de l’article 3 du décret 2016- 284 du 03 mai 2016, de sérieuses dontes planent désormais sur l’authenticité des conclusions et recommandations. Chose curieuse, jusque-là, les réels motifs de ce départ de l’ancien président Loko ne sont toujours pas connus. Ni le démissionnaire ni le gouvernement n’a daigné éclairer l’opinion publique à cet effet. Toute chose qui n’est point de nature à rassurer quant à la fiabilité des conclusions des travaux devant aboutir à l’annulation ou non des concours incriminés. Pour le commun des béninois, plusieurs raisons seraient à l’origine de cette démission qui semble cacher beaucoup de choses. Certains supposent des pressions sur la personne du président démissionnaire dans le but de lui faire prendre des décisions contraires à la mission à lui confiée, tandis que d’autres pensent que Léandre Loko a démissionné parce que l’un de ses enfants figure sur la liste des agents recrutés lors desdits concours, ce qui mettrait le président Loko dans une posture contraire à la volonté du Gouvernement. Pour tout dire, la démission de Léandre Loko cache des non-dits. Une chose est cependant claire : la période allouée à la commission de vérification court vers sa fin, et le rapport sera l’arme du gouvernement pour décider du sort des personnes impliquées dans ce dossier.

Aziz BADAROU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE