Chronique d'une éclipse ratée

Chronique d'une éclipse ratée

0
PARTAGER

Les Cotonois ont beau scruter le ciel au matin de ce jeudi 1er septembre 2016, ils ne verront pas l'ombre d'une éclipse solaire annoncée à grand renfort médiatique. La déception est bien visible sur les visages, dans les discussions et sur les réseaux sociaux. Car l'effet d'annonce aidant, beaucoup s'étaient préparés à assister au phénomène astronomique de leur vie.

A la télévision nationale, une rangée de caméras étaient alignées pour capturer le fait rare, qui ne viendra pas. Patrick Djossou, journaliste de son état qui a tenu plusieurs jours durant une chronique sur l'éclipse, louvoyait derrière ses cadreurs désabusés.

Dans la ville, la déception n'est pas moins palpable. Pour admirer le phénomène, les habitants s'étaient précipités pour vider les pharmacies des lunettes à filtre recommandées par le ministre de la santé en personne. Ce matin, on pouvait les voir face tournée vers le ciel, arborant leurs lunettes et tournoyant à la recherche d'un soleil en conflit avec la lune qui lui fait ombrage.

Erreur sur l'heure, et la météo

Plusieurs coupables sont responsables du pugilat raté entre la lune et le soleil. D'abord l'heure. Jusqu'à la désillusion totale, personne n'était vraiment sûr de l'heure exacte du phénomène. Plusieurs heures ont en effet circulé sur les réseaux sociaux. Si les uns donnaient rendez-vous à l'aube pour quelques minutes seulement d'éclipse, les autres rassuraient que le phénomène adviendrait en fin de matinée et durerait quatre heures. Décidément, la ponctualité n'est pas africaine, même avec les astres. L'autre incertitude était de savoir si l'éclipse serait totale ou partielle.

Et pour ne rien arranger, la météo s'en est mêlée. Avec quelques variations dues sans doute aux changements climatiques, la période d'août-début septembre dans la partie méridionale du pays est connue pour correspondre soit à la fin de la petite saison sèche, soit au commencement de la petite saison des pluies. Cette année, le petit hivernage semble bien au rendez-vous. Depuis quelques jours, les matinées cotonoises sont pluvieuses et le 1er septembre n'a pas fait exception. Dès l'aube, de gros nuages noirs s'étaient amoncelés au levant. Perplexes, beaucoup se demandaient s'il faut attribuer l'assombrissement du ciel à l'éclipse solaire ou à une pluie imminente. Il a fallu la chute des premières gouttes pour tirer chacun de son illusion. Le temps est resté couvert toute la matinée. Difficile de voir une éclipse solaire dans un ciel nuageux même si elle a lieu.

La déception, puis la colère et la raillerie

Les Cotonois ne se s'étaient pas contentés d'être désappointés. Ils étaient bien évidemment en colère et n'ont pas tardé à trouver sur qui la déverser. Première cible, le ministre de la santé. Alassane Séidou a fait pas moins de trois apparitions à la télévision, mettant en garde les téléspectateurs contre toute tentative de regarder l'éclipse à l'oeil nu. "Tout ça pour ça ?" était-on tenté de dire ce matin. La question la plus répandue était de savoir comment se faire rembourser les frais de lunettes que plusieurs ont déboursés au détriment des dépenses du ménage. Des pères de famille affirment avoir dû acheter plusieurs lunettes pour contenter tous leurs enfants et madame bien évidemment.

Et les internautes pouvaient donner libre cours à l'ironie. Les uns prétendaient qu'Alassane Séidou a monté une opération pour récolter les fonds de vente de lunettes, un autre "ICC" à la manière du tristement célèbre scandale financier ayant eu lieu au Bénin. Les autres rivalisaient d'ingéniosité pour faire ajourner l'éclipse par un communiqué officiel du gouvernement. "Le gouvernement a décidé que l'éclipse se célébrerait dans la sobriété", écrivaient certains en référence à la modération qu'affiche le gouvernement du président Talon dans les manifestations officielles depuis son arrivée en avril.

L'autre bouc émissaire des internautes ce 1er septembre, ce sont les scientifiques locaux. Quelques-uns étaient venu déblatérer du phénomène sur le petit écran. Mais comment aucun d'entre eux n'a pu connaître l'heure précise de l'éclipse, si elle serait totale ou partielle ou même si elle serait visible au Bénin. Alors quelques internautes se promettent d'aller tirer ces pseudo-scientifiques par les jambes s'il le faut pour leur demander des comptes.

 

Géraldo Agohoué


ORTB

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE