Ces femmes qui font des métiers d’hommes : A la découverte des...

Ces femmes qui font des métiers d’hommes : A la découverte des femmes militaires !

0
PARTAGER

Considéré autrefois comme un métier d’homme, l’armée regorge aujourd’hui d’un nombre important de femmes militaires. Malgré les contraintes et réalités de la société béninoise, elles s’imposent dans ce métier souvent exercé par leurs congénères masculins. Elles sont régulièrement dirigées vers des unités particulièrement exigeantes physiquement et mentalement dont celle des fusiliers. Cependant, au-delà de la fierté qu’elles éprouvent en accomplissant cette mission républicaine, elles ne sont pas toujours acceptées par la société. A travers le premier numéro de votre rubrique « Ces femmes qui font des métiers d’hommes », nous vous faisons découvrir l’univers des femmes en uniformes…

« Dans l’armée, il faut pouvoir mettre sa vie personnelle entre parenthèses pour faire comme les hommes ». C’est là le premier défi des femmes militaires. « Dans l’armée, une femme est un Homme comme les autres », confie A.D, jeune recrue de l’armée béninoise. Tout porte à croire que les filles n’ont point le droit d’être féminines dans ce corps. Cependant, on assiste aujourd’hui à une accession accrue des femmes à la profession militaire et à ses différentes spécialités. Outre leur initiation à des techniques d’auto-défense et de neutralisation d’explosifs, les femmes militaires, selon un sergent approché, refuseraient systématiquement depuis peu de se voir appliquer les barèmes féminins, légèrement différents de ceux appliqués aux hommes. Ceci lors des différentes phases de la formation. Car pour elles, « sur le terrain, la mission est la même ! ». Toute chose qui démontre la détermination de la gent féminine à servir au sein de la grande muette. Même si pour beaucoup, la guerre n’a pas un visage de femme, il faut reconnaitre qu’elles périssent rarement sur les champs de batailles. D’ailleurs, les armées russe et chinoise les auraient autorisées à combattre sur le front en 1942 du fait de la réticence des adversaires à tuer une femme. Si la féminisation de l’armée est fortement appréciée de la communauté internationale, les choses n’ont jamais été faciles, en tout cas pour l’heure, pour elles.

Ecartées de la société….

« Une femme militaire n’est pas une femme de bonnes mœurs. Il n’y a rien qui la différencie d’une prostituée. L’armée n’est faite que pour les hommes et je me demande ce qu’une femme va foutre dans ce corps »,déplore dame Coles Rokyath, commerçante à Cotonou. Tout comme elle, beaucoup manque d’admiration à l’endroit des femmes militaires. Elles se sentent isolées, ces femmes béninoises en uniforme. D’abord, elles se font non seulement rarement des amis dans leur entourage mais elles perdent surtout l’amitié des anciens copains, camarades de classes, des amis d’enfance. L’autre chose également est qu’elles ne peuvent exhaler leur féminité comme n’importe quelle femme. « Les femmes militaires se confient rarement. Elles n’aiment pas avoir de franches discussions et sont très réservées. Moi j’ai au moins deux amies militaires avec qui j’ai fréquenté. Je m’ennuie souvent en leur compagnie et j’ai préféré prendre mes distances », laisse entendre Quenum David, étudiant à l’Uac. Par ailleurs, il faut souligner que les femmes militaires, face au fait, ne s’en font plus un souci. « On en a que faire hein ! Si les civiles nous rejettent, on s’en fou ! On n’a rien à foutre avec eux aussi ! »,nous a confié une militaire devant la Bourse du travail sans toutefois dévoiler son identité.

Après l’armée, la vie amoureuse…

C’est ici, sur ce sujet, que nous avons découvert le vrai visage, les réalités que vivent les femmes militaires précisément au Bénin. Bien qu’il soit difficile d’infiltrer l’armée ou encore moins y découvrir les règles, certains militaires nous ont permis d’en savoir beaucoup. En effet, selon le règlement interne de la grande muette, une femme militaire ne peut concevoir ou tomber enceinte que trois (03) ans après son recrutement si elle désire convoler en juste noces avec un militaire. Par contre, il lui faudra attendre cinq (05) ans après son recrutement pour tomber enceinte si elle envisage épouser un civil. Injustice ! C’est ce que pensent beaucoup mais malheureusement ce sont les règles. Selon les confidences recueillies, la femme militaire a de fortes chances de maintenir longtemps sa forme physique avec un militaire qu’avec un civil. Pour d’autres, c’est une mesure pour encourager les femmes et les hommes à s’épouser au sein de l’armée. En tout cas, la perception n’est pas la même dans l’opinion publique. Si les hommes peuvent construire une famille en parallèle de leur métier, elles doivent sacrifier leur vie à l’armée. Tomber enceinte n’est pas neutre : « Je serais obligée de laisser le groupe. Et physiquement, ça a des conséquences », selon A.D. Solitaire et coriace, la jeune femme met donc de côté ce type de projets… Le célibat s’impose malgré quelques histoires de cœur. Les seuls réconforts, un collègue et mentor, et « maman » qui ne cesse jamais de soutenir.

One people, one beer…

C’est le slogan au camp militaire ou encore dans les foyers de soldats. « One people, One beer », ce slogan qu’elles fredonnent avec gaîté signifie simplement, selon leurs explications, chaque femme militaire avec un mec militaire. Cranes rasées et trapues, des jeunes filles militaires d’un camp du Sud du Bénin se disent fières d’entreprendre des relations amoureuses avec des collègues militaires. A la question de savoir la raison motivant l’exclusion d’une relation amoureuse avec un civil, elles répondent pêle-mêle ce qui suit : « Je me sens mieux avec un militaire parce qu’on se comprend toujours », « combien de civils veulent épouser une femme militaire ? Personne. Je pense qu’on n’a pas le choix » ; « Notre uniforme leur fait peur déjà ! Comment pourront-ils fonder un foyer avec nous ? Nous sommes appelées à aller en mission un peu partout dans le monde et seul un militaire peut nous comprendre dans ces circonstances. Pour un civil, c’est que nous sommes infidèles et nous trompons nos maris au cours des missions ». Cependant, les raisons fondamentales se trouveraient ailleurs, selon A.D qui, malheureusement refuse de se confier à ce sujet.

Elles perdent leur amour après le camp…

Elles ne reviennent presque jamais retrouver leur amour après la formation au camp militaire. Si durant les 18 mois que dure la formation, elles gardent toujours des sentiments pour leur « cœur », ce n’est pas le cas chez les mecs. « Qui va l’attendre ? Elle prendra du plaisir à satisfaire sexuellement le caporal, le sergent au camp et moi je serai là à espérer son retour ? En tout cas, j’ai été franc avec elle et je l’ai prévenue avant qu’elle ne s’engage »,laisse entendre Habib Gbadamassi, ex fiancé d’une jeune militaire actuellement en service dans le plateau.

Les femmes dans l’armée, combattantes du silence

Même si des mesures sont prises pour lutter contre le harcèlement, les plaintes des femmes soldats violées restent trop souvent étouffées. Dans le cas du métier militaire, le sexe apparaît comme une caractéristique principale plutôt qu’auxiliaire, objet de stéréotypes professionnels aussi bien que sociaux, et il agit comme un handicap pour les femmes. Les violences sexuelles dans l’armée seraient un phénomène souterrain. Les pulsions sexuelles et leur satisfaction sont appréhendées comme ‘naturelles’ par et pour les militaires. Les relations entre hommes et femmes militaires liées à cette version sexualisée de la virilité sont amplifiées en opération extérieure. Il est considéré comme naturel que les militaires désirent leurs collègues féminins. Il revient donc à ces dernières de contrecarrer les tentatives de séduction. Chose curieuse, on n’ose dénoncer au sein de la grande muette…

Quelques impressions…

Mehrone Hami, opérateur économique
Je tiens d’abord àpréciser que la femme militaire dans la société béninoise tient de moi, une image positive car il n’y a aucune raison pour que l’armée soit composée uniquement des hommes. Elle marque sa différence comme tout autre et prouve en même temps le principe de l’égalité et de la parité. Cela contribue à son émancipation en quelque sorte. Si je peux prendre une femme militaire comme épouse ? Bah je ne sais pas trop parce que d’abord je n’aimais pas trop l’armée. De plus, si c’est une femme militaire, elle peut disjoncter à tout instant car on ne sait pas trop ce qu’elles subissent au cours de leur formation. Reste à savoir aussi si elles pourront supporter la pression d’une vie matrimoniale.

James Hounkarin, spécialiste de la microfinance
Il n’en est même pas question ! Je ne peux pas épouser une femme militaire. Je peux vous jurer qu’une femme militaire ne peut jamais être fidèle. J’en connais beaucoup de femmes militaires qui découchent et quittent leur mari à tout bout de champ. Dans l’armée, c’est la discipline et elles sont là toujours pour servir leur chef. En tout cas, moi je n’épouserai jamais une femme militaire.

Clément Winsavi, journaliste
Une femme militaire est selon moi une femme comme toutes les autres. Elle est une chance pour la société. Moi je peux prendre une femme militaire pour épouse,parce qu’elle a choisi être en uniforme et en aucun cas, cela ne doit consister un handicap pour elle. Elle reste une femme ordinaire.

Réalisation Aziz BADAROU

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE