Célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

0
PARTAGER

Dans le cadre des manifestation marquant la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, Marie-Odile Attanasso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a présidé ce lundi 17 octobre 2016 à Cotonou, à l’ouverture d’une conférence-débat conjointement organisée avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) autour du thème "De l’élimination et de l’exclusion à la participation : Eliminer la pauvreté sous toutes ses formes".

Le coordonnateur résident du Système des Nations unies et représentant résident du PNUD, Siaka Coulibaly, a dit dans son discours, selon le contenu du message du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, qu'un milliard de personnes environ vivent dans la pauvreté extrême et plus de 800 millions de personnes souffrent de la faim et de la malnutrition.

Pour lui, la pauvreté ne se mesure pas simplement au revenu; elle se manifeste par l’accès insuffisant à la santé, à l’éducation et à d’autres services essentiels et trop souvent par le déni ou la violation d’autres droits fondamentaux.

La ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a déclaré à l’ouverture de la cérémonie que la pauvreté de masse est désormais une menace majeure et que la situation est plus particulièrement préoccupante en Afrique où l’on sait que la croissance économique en Afrique-subsaharienne ne cesse de diminuer. Elle donne raison aux Nations unies qui entreprennent des actions anticipatives pour enrayer la faim et la pauvreté.

"Pour tenir la promesse du Programme de développement durable à l’horizon 2030 qui avec ses 17 objectifs, constitue la vision universelle qui nous guide dans l’action que nous menons afin que tous puissent vivre dans la paix, la prospérité et la dignité sur une planète saine, il convient de ne laisser personne de côté. Il convient aussi de mettre fin à l’humiliation et à l’exclusion de ceux qui vivent dans la pauvreté car, l’humiliation et l’exclusion sont d’importantes causes d’instabilité sociale et dans le pire des cas, de l’extrémisme violent qui agite tant de parties du monde ", souligne le message du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, rendu public à l’occasion de cette commémoration.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE