Braquages en toute quiétude sous la Rupture : Le Bénin, un pays...

Braquages en toute quiétude sous la Rupture : Le Bénin, un pays du far west ?

4
PARTAGER

Et de deux, de trois, de cinq ? Difficile de donner un chiffre exact. Enième braquage donc que celui d’hier, lundi 05 septembre 2016, perpétré au centre d’accueil à Gbèdjromèdé. Mais comme les autres, le mode opératoire est le même. Un braquage exécuté sans tambour ni trompette à l’instar de celui effectué en immobilisant un véhicule d’une société de convoi d’argent dans les encablures de la Présidence, ou celui du Clcam de Godomey. Les braqueurs ont pris tout leur temps. Sous la menace de leurs armes, les hors la loi maîtrisent et les  agents des sociétés victimes de cambriolage et les populations environnantes pendant des minutes avant de disparaître dans la nature. Si les agents des sociétés sont surpris de ces visites inopinées, souvent les populations soupçonnant qu’il y a quelque chose d’anormal qui se passe, se rassemblent, observent de loin tout le film du cambriolage mais sans pouvoir réagir puisque tenues en respect par deux braqueurs lourdement armés et qui font le guet au portail au moment où deux autres, à l’intérieur, dépouillent leurs victimes du dernier centime. Lors du cambriolage du Clcam de Godomey, les témoignages, recueillis sur place, font état du fait que les braqueurs ne se sentaient nullement inquiétés. Ceux qui sont dehors avaient la maitrise de la foule à tel point que personne n’osait crier au voleur. Et quand ils ont fini de commettre leur forfait, l’une de leur moto n’ayant pas démarré à temps, ils ont marché sur des centaines des mètres avant de disparaitre. Hier encore, le scénario s’est déroulé, à quelque différence prêt, de la même façon. Les divorcés sociaux ont opéré en toute tranquillité.

Ces scènes qui se répètent depuis l’avènement de la Rupture nous renvoient  à des scénarii de films au XIX siècle où c’est le plus fort qui dicte sa loi. On se croirait au Texas dans les années 1800 où le Chérif, n’arrive pas à faire régner l’ordre dans la cité, tant les hors la loi foisonnent, sont plus organisés et de plus en plus dotés d’armes sophistiqués. En quoi est-ce que le Bénin du XXIe siècle sous la Rupture est différent des pays de l’Amérique de l’Ouest au XIXe siècle en matière d’insécurité ? Tout ce qui manque ici peut-être, c’est que les braqueurs ne sont pas habillés en cow-boy. Le plus grave dans tout ceci, c’est que depuis le temps que ça dure, on a l’impression que la politique sécuritaire des autorités actuelles consiste  à  inculquer aux Béninois  que la notion d’insécurité zéro  n’existe nulle part. Une manière de leur faire comprendre que désormais, leur quotidien sera « enrichi » de braquage tous les deux ou trois jours.

Sinon comment comprendre que depuis que Sacca Lafia a parlé de l’opération Mamba, ce serpent, dont le venin est pourtant dit mortel, n’a jamais pointé sa tête sur aucune scène de braquage ? La réponse à cette question se trouve encore avec Sacca Lafia qui a déjà été on ne peut plus explicite sur le sujet face aux représentants du peuple : « Il faut que chaque Béninois assure sa sécurité ». L’opération « Mamba n’était donc qu’en réalité qu’une poudre jetée aux yeux des Béninois. Elle ne viendra pas régler les problèmes d’insécurité. D’ailleurs a-t-elle vraiment existé ?

Bertrand HOUANHO


Matin Libre

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. Nous interpelons le préfet à travers ces mesures d’interdiction de circuler à moto sur le pavé de missebo. En quoi cela résout le problème de braquage ?

LAISSER UN COMMENTAIRE