Bénin: les Soglo, histoire d’une dynastie énigmatique

Bénin: les Soglo, histoire d’une dynastie énigmatique

4
PARTAGER

Certains sont-ils faits pour le pouvoir ? Chez les Soglo, on en rêve de père – et de mère – en fils. Depuis vingt-cinq ans, l’histoire du pays est intimement liée à celle de ce clan. Qui demeure pourtant une énigme pour la plupart des Béninois…

Dans le salon de la résidence des Soglo à Cotonou, l’Histoire vous saute au visage. Sur les murs, des photos de Nelson Mandela, Jean-Paul II ou Bill Clinton ; une lettre manuscrite d’Aimé Césaire encadrée avec soin. Les Mémoires du général de Gaulle trônent au-dessus d’une pile de livres. Plus loin, des « dossiers » consacrés à Lionel Zinsou ou à Nicolas Sarkozy, et de vieux exemplaires de Jeune Afrique.

Il a plu à verse et le jardin de cette maison cossue de la Haie Vive sent les tropiques. Rosine Soglo, 82 ans, arrive au bras de Ganiou, son fils cadet. Elle a perdu la vue (« La vieillesse m’a donné les yeux bleus », aime-t‑elle dire), mais pas sa repartie ni son goût de la précision. Peau de reptile, mémoire d’éléphant. La vraie patronne, c’est elle. Ne dit-on pas que « la main qui tient le berceau gouverne le monde » ?

La politique dans le sang

Une famille comme il y en a peu en Afrique. Élégante, emblématique, atypique et controversée. Une famille dont le nom est associé à l’histoire du Bénin depuis les années 1990, mais que ses concitoyens n’ont jamais vraiment comprise. Nicéphore a été président de la République de 1991 à 1996, avant de diriger la mairie de Cotonou pendant douze ans. Son épouse Rosine (Rose-Marie Honorine Vieyra, de son nom de jeune fille) est députée depuis vingt et un ans.

Elle a fondé et dirigé l’un des plus importants partis politiques du pays, la Renaissance du Bénin (RB). Leur fils aîné, Léhady, 55 ans, leur a succédé à la tête de la RB et à la mairie de Cotonou. Son frère, Ganiou, plus jeune d’un an, fut député et ministre de Thomas Boni Yayi pendant deux ans (2006-2008).

aCotonou

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. il faut simplement remonter à l’origine pour le comprendre. notre aïeul était un puissant prince guerrier qui a laissé son Père parce que nourri d’envie d’être lui aussi roi

  2. n’oubliez pas que Nicéphore a été aussi ministre des finances avant la révolution. il y a aussi le général Christophe Soglo a été lui aussi président de la république

  3. Mais à qui profite l’ascendance politique de la famille si ce n’est à elle même. Elle a cette manie de d’illustrer par un semblant de Contradictions interne semant incompréhension et confusion dans l’esprit des Béninois. Cette stratégie jusqu’ici leur a été payante. Mais leurs concitoyens continueront ils à croire à ça ?!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE