Bénin : le gouvernement encourage l’importation de véhicules neufs destinés au transport...

Bénin : le gouvernement encourage l’importation de véhicules neufs destinés au transport en commun

1
PARTAGER

COTONOU -- Le gouvernement béninois envisage dans la loi des finances pour la gestion 2017 en étude au Parlement, des mesures encourageantes pour l'importation des véhicules neufs destinés au transport en commun en vue de lutter contre la pollution atmosphérique sur toute l'étendue du territoire du pays, a appris samedi Xinhua de source parlementaire.

Selon la loi des finances pour la gestion 2017, les autobus, les autocars et minibus de toutes catégories, importés, fabriqués ou vendus à l'état neuf au Bénin et destinés au transport en commun, ainsi que les véhicules neufs destinés à la mise en place d'une flotte de taxis dans les grandes villes, sont exonérés de tous droits et taxes de douane et de la TVA durant la période allant du 1 er janvier au 31 décembre 2017.

De source proche du ministre béninois du cadre de vie et du développement durable, ces mesures du gouvernement béninois visent à encourager les transporteurs béninois à acheter des véhicules à l'état neuf en vue de lutter contre la pollution atmosphérique dans le pays.

Selon une étude réalisée conjointement par la Banque mondiale et le gouvernement béninois, l'utilisation au Bénin des vieux véhicules de plus de 10 ans d'âges sont responsables de la pollution atmosphérique.

"Le parc d'automobile des grandes villes du sud du pays, notamment Cotonou et Porto-Novo sont dominés par les véhicules d'occasions de plus de 10 ans d'âges", souligne la même étude, tout en soulignant les conséquences de leur utilisation.

"A Cotonou en particulier, la pollution de l'air proviendrait, en grande partie, de l'échappement des gaz de ces véhicules d'occasion communément appelés "Venu de France" qui sont continuellement importés sans aucun contrôle technique", note la même source, en indiquant que cette pollution de l'air dans les grandes villes du pays est parfois à l'origine des infections respiratoires aigüe.

Ainsi, selon les données épidémiologiques enregistrées en 2016 au ministère béninois de la santé publique, les infections respiratoires aiguës (IRA) viennent en deuxième position dans les motifs de consultations médicales.

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE