Bénin – Crise à l’UAC: le Synares contre l’exclusion de 21 étudiants

Bénin – Crise à l’UAC: le Synares contre l’exclusion de 21 étudiants

0
PARTAGER

Le Syndicat autonome de la recherche et de l’enseignement supérieur (Synares) est contre la décision du rectorat de l’université d’Abomey-Calavi (UAC) d’exclure 21 étudiants de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash) pour une période de cinq ans.

Lors d’un entretien accordé à la télévision nationale ce lundi 8 août, Fulgence Afouda, secrétaire général du Synares a expliqué les raisons du désaccord avec le rectorat. Le 26 juillet, le rectorat de l’UAC avait publié une décision entérinant l’exclusion de 21 étudiants de la Flash. Ces derniers sont accusés "de boycott de la composition, d’incitation au boycott de la composition, d’instauration d’un climat de trouble en salles d’examens, de violence préméditée et d’incitation à la violence, au terrorisme et à agression caractérisée".

Pour le secrétaire général du Synares, la décision est injuste. Selon Fulgence Afouda, "l’injustice vient de ce que c’est le conseil pédagogique de la faculté qui aurait pris la décision, se transformant en conseil de discipline. Or le conseil de discipline a ses règles que le conseil pédagogique n’a pas observées pour le cas de la Flash." Fulgence Afouda explique que le conseil pédagogique qui s’est mué en conseil de discipline "devrait faire intervenir un enseignant, convoquer les intéressés (...), les auditionner et leur notifier la mesure, ça n’a pas été fait".

Le secrétaire général du Synares s’insurge également contre le voile dont a été couvert la décision pendant longtemps. En effet, le conseil de discipline s’est tenu le 5 juillet et la décision du rectorat a été signée le 26 du même mois. Le SG/Synares dit ne pas comprendre la raison pour laquelle la question n’a pas évoquée lors du comité de direction qui a eu lieu le 27 juillet.

En définitive, Fulgence Afouda estime que le recteur de l’Uac, le professeur Brice Sinsin doit revenir sur sa décision. "On estime qu’il faut purement et simplement rapporter ces mesures", a-t-il dit. Pour lui, il est encore possible de trouver des solutions pour ne pas aller à cette issue radicale.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE