Augmentation des frais d’immatriculation des motos à deux roues : les populations...

Augmentation des frais d’immatriculation des motos à deux roues : les populations s’indignent

4
PARTAGER

Précédemment à quatre mille cent francs (4100F), les frais d’immatriculation des engins à deux roues sont désormais passés à onze mille francs (11.000F) CFA suite à un nouvel arrêté interministériel. C’est l’indignation totale dans le rang des conducteurs d’engins à deux roues qui ne savent plus où mettre la tête. «Le régime passé avait fixé le prix à 4100F. Nous ne comprenons pas pourquoi le régime de la rupture a augmenté le prix de l’immatriculation», s’est indigné un conducteur de taxi-moto à propos de la haute vertigineuse de l’immatriculation des engins à deux roues au Bénin. Comme lui, ils sont nombreux à dénoncer cette décision des nouvelles autorités surtout pendant cette période de morosité économique. En effet, dans le but de favoriser la majorité des Béninois à faire immatriculer leurs motos, le régime passé avait fixé le montant à 4100 FCfa. Cette réduction de prix avait permis effectivement au grand nombre de s’acquitter de cette obligation définie par les autorités en charge de la sécurité d’alors dans le cadre de lutte contre l’insécurité et surtout les vols de motos. Un prix qui a été revu par dirigeants actuels. Et puisque le Ministre de l’intérieur annonce très prochainement la répression pour défaut d’immatriculation, les populations en général et les conducteurs d’engins à deux roues invitent le Gouvernement à revoir le montant comme au temps du régime passé pour la bonne marche de l’opération. «Nous invitons le Gouvernement et son Chef à subventionner l’immatriculation pour nous permettre de nous mettre au pas…», a confié Olivier O., vulcanisateur à Cotonou.

Benn MICHODIGNI

aCotonou

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. mais c’était pas a 4100f mais plutôt a 10.000f précédemment…Une façon de gruger les populations qui peinent a immatriculer leur engin malgré que c’était a 10.000f

LAISSER UN COMMENTAIRE