Au sujet de la grève dans les Tribunaux et Cours d’appel :...

Au sujet de la grève dans les Tribunaux et Cours d’appel : Tous les services fonctionnement normalement

0
PARTAGER

Un tour au Tribunal de première instance de Cotonou, hier jeudi 4 août 2016 aux environs de 11h. Que ça soit dans la cour, les salles d’audiences, les couloirs du Greffe, etc., il y avait de l’affluence et les différents services fonctionnaient normalement. Les usagers sollicitant ou voulant légaliser tel ou tel document ne rencontraient aucune difficulté. On pouvait aussi constater la présence d’hommes en toge noire (des Avocats). Cela paraît paradoxal quand on sait qu’il y a un mouvement de grève de 48 h qui court depuis mercredi dernier dans le secteur. Qu’en est-il réellement?  

Me Abou Séidou rassure les justiciables qu’il n’y a pas de paralysie du secteur Justice

Approché, Sylvestre Fassinou, Greffier dans ledit Tribunal et 2ième secrétaire général adjoint du Syndicat des travailleuses et travailleurs des services judiciaires et assimilés du Bénin (Syntrajab), explique : « (…) au niveau de la Justice, il y a plusieurs corps. Il y a certains corps lorsqu’ils sont en cessation de travail ça bloque la maison. Par contre il y a d’autres, ça ne se sent pas parce que les autres qui sont là peuvent faire leur travail. A la Justice, il y a deux corps influents : les magistrats, les greffiers et officiers de Justice. Quand l’un de ces deux corps est en mouvement, les audiences sont bloquées. Or, pour le mouvement qui est en cours, ceux qui l’observent actuellement n’ont pratiquement pas d’influence sur le déroulement normal des activités de juridiction parce que leurs attributions peuvent être faites par d’autres ». Le mot d’ordre de grève du Syntra-Justice (Syndicat national des travailleurs de la Justice), même s’il est suivi par ses syndiqués, n’a visiblement pas paralysé outre mesure le secteur. Le Greffier Fassinou sera d’ailleurs appuyé dans ses propos par Me Abou Séidou, Officier de Justice, Greffier en chef et président de l’Union national des officier de Justice et greffiers en chef du Bénin (Unogec). « Il ne se passe rien », a-t-il martelé d’entrée sur la question. Et de poursuivre : « (…) Les audiences se déroulent normalement, les actes sont délivrés aux justiciables et signés par le Greffier en chef qui est là et qui travaille. Tous les services fonctionnement normalement, que ça soit le Parquet, la Présidence, le Greffe. Il y a certains agents notamment du Syntra-Justice qui sont en grève mais ça n’a pas d’impact sur le fonctionnement de la maison. Nous sommes 5 syndicats qui fonctionnent. Un syndicat ne peut pas venir perturber le fonctionnement des 5 autres qui travaillent normalement (…). On ne fait pas la grève pour le simple plaisir. Il faut avoir des objectifs bien définis. L’Unogec ne va pas s’associer à d’autres syndicats avec lesquels il ne partage pas les mêmes objectifs. L’Unogec est là pour sauver les justiciables qui sont en difficulté. Nous sommes là pour suivre les textes de lois. Nous avons des revendications qui ont été satisfaites, nous avons des projets de décrets qui sont en cours. (…) L’arrêté querellé que le garde des Sceaux a suspendu, c’est de bon droit parce que 5 syndicats sont allés dans le même sens. C’est un seul syndicat qui joue au malin. Nous sommes dans un pays démocratique et c’est la loi de la majorité. Cinq syndicats ne peuvent pas aller dans un sens et c’est un autre qui viendra perturber. Nous avons fait deux semaines de grève ici, et nous avons gagné. Ils ne nous ont pas soutenus. Comment voulez-vous qu’on les soutienne ? (…) Je profite de cette occasion pour dire aux justiciables que nous travaillons. Celui qui veut un papier n’a qu’à passer on va le satisfaire dans un très court délai. Les audiences se déroulent normalement. Nous sommes là pour accompagner les justiciables, le gouvernement aussi s’il nous écoute et les intérêts sont satisfaits ».

Jacques BOCO


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE