Assemblée générale constitutive du Réseau des Jeunes Leaders pour l’intégrité : Une...

Assemblée générale constitutive du Réseau des Jeunes Leaders pour l’intégrité : Une nouvelle pépinière de lutte contre la corruption au Bénin

0
PARTAGER

La maison des médias de Cotonou a servi de cadre, le vendredi 30 septembre dernier, à l’assemblée générale constitutive du Réseau des jeunes leaders pour l’intégrité (RJLI-Bénin). Au menu de cette activité marquée par la présence des présidents de Social Watch Bénin, ALCRER, FONAC et dont l’invité spécial était le Coordonnateur Afrique de l’ouest de Transparency International, porter sur les fonts baptismaux ce réseau de jeunes engagés contre la corruption.

Depuis le vendredi dernier, le paysage associatif Béninois s’est enrichi de la naissance du Réseau des jeunes leaders pour l’intégrité (RJLI-Bénin). C’est à la faveur de son assemblée générale constitutive que ce creuset a vu le jour à Cotonou. Dans son mot de bienvenue à l’occasion, le Président du Comité d’organisation de ces assises, Jean Aguégué a fait observer que cette initiative est née de la volonté des participants aux camps régionaux sur l’intégrité organisés en 2012 et 2013 par Transparency International, de pérenniser les acquis de ces rencontres de renforcement des capacités des jeunes venus des pays de la sous-région sur la corruption. Après avoir fait défini l’intégrité comme « l’état d’une personne propre et incorruptible », Jean Aguégué a fait le constat de son recul au sein des populations béninoises notamment de la couche juvénile comme en témoignent la célébration de la tricherie lors des examens et concours, la multiplication des actes de prévarication des ressources publiques dans l’administration et au somment de l’Etat, la tolérance de la cybercriminalité et des actes de rançonnement, de déviances sexuelles etc. C’est donc fort de cette situation dont les premières victimes sont les jeunes que le RJLI-Bénin est porté sur les fonts baptismaux pour contribuer, notamment à travers la sensibilisation et l’éducation des jeunes et la dénonciation d’actes de corruption, à instaurer un environnement d’intégrité au Bénin.

Cette ambition est jugée noble et salutaire par les principales figures de la lutte contre la corruption au Bénin qui ont répondu présent à l’appel des jeunes leaders pour l’intégrité. C’est le cas de Martin Assogba, président de l’ONG ALCRER qui a partagé une riche expérience de son combat avec les jeunes leaders. Aussi, les a-t-il invités à s’armer de courage et de détermination pour surmonter les obstacles auxquels ils seront confrontés dans leur combat. Car, dira-t-il, « vous êtes appelés à nous remplacer dans notre lutte ». Cette exhortation est reprise par le président du Conseil d’administration de Social Watch Bénin, Gustave Assah. Dans ses propos en effet, il s’est réjoui de cette initiative qui vient mettre les jeunes au cœur de la lutte contre la corruption. Pour sa part, Jean-Baptiste Elias, président du Front des Organisations Nationales contre la Corruption (FONAC) a fait remarquer aux jeunes, à travers des exemples, l’importance de leurs engagements mais également les difficultés inhérentes à ce dernier.

Invité spécial de cette assemblée générale, le Coordonnateur Afrique de l’ouest de Transparency International Samuel Kaninda s’est dit heureux de la volonté des jeunes d’être des acteurs de l’enracinement de l’intégrité dans leur pays à travers la mise en place du RJLI-Bénin au lendemain de la remise par son organisation du rapport sur le Système National d’Intégrité (SNI) au gouvernement Béninois. En assurant de la disponibilité de Transparency International à soutenir le réseau, il a encouragé le RJLI-Bénin a travaillé en synergie avec des organisations telles que l’ANLC, ALCRER, Social Watch et FONAC pour faire reculer le fléau de la corruption au Bénin. A l’issue de ces interventions, les participants à l’assemblée générale ont procédé à la lecture, à l’amendement et à l’adoption des textes fondamentaux du réseau. A l’issue du processus électoral devant doter le réseau de ses organes dirigeants, un bureau de sept membres a été mis en place avec à sa tête, Jean-Claude Dossa pour un mandat de trois ans. Par la voix de son président, le bureau élu a pris l’engagement de travailler à faire de la jeunesse béninoise un fer de lance dans la lutte contre la corruption au Bénin.

Bureau élu
Président : Jean-Claude DOSSA
Vice-Président : Jean AGUEGUE
Secrétaire Général : Michel DJEIGO
Trésorier général : Naia LAWSON épouse ALASSANE
Trésorier Général Adjoint : Angelo KANCLOUNON
Secrétaire à la communication et aux relations extérieures : Sandra ADJAHO
Secrétaire à l’Organisation : Epiphane ABOGOURIN
Premier Commissaire aux comptes : Ramanou ABOUDOU
Deuxième Commissaire aux Comptes : Chimène ATROKPO
Junior Fatongninougbo

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE