Après trois mois de gestion du pouvoir d’Etat: Patrice Talon réclame son...

Après trois mois de gestion du pouvoir d’Etat: Patrice Talon réclame son salaire de président de la République

2
PARTAGER

Le Garde des sceaux, ministre de la justice du gouvernement du président Patrice Talon, a, au nom de la transparence que prône le nouveau régime, dévoilé à travers les médias sociaux, il y a quelques semaines, le salaire mensuel des ministres du Gouvernement depuis 2006. Une publication que ce praticien de droit avait certifiée avec la référence du Décret n° 2006-187 du 30 avril 2006 pris par l’ancien président Boni Yayi et autour duquel il avait été entretenu un mythe terrible pendant ces dix dernières années au Bénin. A en croire le ministre Djogbénou à travers cette courte publication faite sur sa page Facebook, le salaire global mensuel d’un ministre serait de 1 703 518 F CFA avec une prime d’équipement unique de 5 000 000 F CFA sans oublier une assurance maladie ainsi que d’autres primes diverses. Nombreux sont les Béninois qui avaient donc souhaité que le gouvernement de la « Rupture», si l’initiative était de lui, poursuive dans la même logique en dévoilant au peuple, ce qui revient de droit au Président de la république. Car, la question avait agité l’actualité sociopolitique nationale quelques jours avant le départ du Président Boni Yayi qui avait fait la déclaration de ses biens en Conseil des ministres. C’est désormais clair ! Le président Patrice Talon tient à avoir son salaire lié à sa fonction républicaine. Mais il ne l’a pas encore perçu jusque-là. Il s’apprête à le faire après que les dispositions financières auront été prises. Il l’a fait savoir le lundi 1er août dernier au cours de l’émission spéciale animée sur la chaine nationale.

Germin DJIMIDO (Coll.)

aCotonou

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. Et c’est mieux ainsi que d’attendre la fin du mandat pour entendre un PR dire  » je n’ai perçu mon salaire depuis que j’occupe cette foncrion  » Ce serait malhonnette et les choses soient claires dès le départ pour la rupture tant vo ulu par le peuple

  2. c’est que vé le béninois depuis. si jamais il dit a la fin de son mandat kil na jamais perçu xa n’engagerait ke lui.

LAISSER UN COMMENTAIRE