Après la longue crise de l’imamat à Sèmèrè: Le chef de l’Etat...

Après la longue crise de l’imamat à Sèmèrè: Le chef de l’Etat scelle le retour de la paix à Sèmèrè

0
PARTAGER

Le chef de l’Etat était, samedi 12 novembre dernier, en apôtre de paix à Sèmèrè dans la commune de Ouaké. Il y est allé pour sceller la paix au sein de la communauté musulmane de la localité minée par une crise qui a fait cinq morts.

Samedi 12 novembre dernier, c’est avec des « Amiiiiii » et des «Allah ak baar» que la communauté musulmane de Sèmèrè a répondu à la toute première prière de son nouveau chef, l’imam Abdallah Hamam. Plus qu’une simple prière, cette cérémonie qui s’est déroulée sur la place publique de Sèmèrè en présence du président Patrice Patron et d’une impressionnante foule composée de toutes les couches sociales de la localité et de délégations étrangères, a permis de célébrer le retour au calme et à la paix dans la localité. La paix retrouvée, c’est ce que le président de la République est venue constater par lui-même. Un acte de grandeur, note le maire de la commune de Ouaké, Alimiahou Titchale Alassane. Pour lui, le chef de l’Etat à travers son implication personnelle dans cette crise et surtout le dénouement qui s’en est suivi, s’affiche comme un homme épris de développement, un leader dont le charisme se fait sentir à travers la paix désormais retrouvée à Sèmèrè. Et comme personne ne voulait se faire conter cet événement historique, de nombreuses personnalités, députés, responsables de confessions religieuses dont l’évêque de Djougou et bien d’autres leaders d’opinion ont pris part à la séance.

A sa suite, d’une voix tonique empreinte d’autorité, Abdallah Hamam, le nouvel imam récite des versets coraniques, avant de procéder à une courte exhortation en faveur de la paix. Son sermon est repris en chœur par les centaines de fidèles présents, preuve que les clivages ont disparu au sein de la communauté. C’est surtout cette unité retrouvée que le chef de l’Etat est venu célébrer en personne. C’est «en deux séances marathons», rappelle le ministre d’Etat
Abdoulaye Bio Tchané, natif du département, que le président Patrice Talon a amené les protagonistes à trouver eux-mêmes, à travers l’un de leurs fils, la personne indiquée pour mettre un terme à cette crise qui dure depuis 2012. Portant l’émotion des populations, il a salué «la vision du dialogue» du président de la République et «son soutien inestimable» pour la résolution de cette crise, en faisant preuve de célérité, de discrétion et d’efficacité.

Apaisement, exhortation à la fraternité

«Tout ce qui divise une famille, une communauté, divise forcément une partie du pays donc nous sommes tous concernés. Je viens consacrer la réconciliation. Je viens constater et sentir par moi-même que désormais il règne à Sèmèrè, la paix et la concorde. Je suis fier et content. Je me sens honoré. La paix n’a pas de prix». C’est par cette adresse que le président Patrice Talon a introduit son mot à l’intention de la foule venue l’écouter. Le retour à la tranquillité après les événements meurtriers qui ont émaillé l’imamat dans cette localité, a été aussi salué par le président de la République. Il a tenu à dire son admiration aux acteurs qui fument désormais le calumet de la paix. Toute chose qui, note-t-il, n’aurait pas été possible sans l’engagement pour la paix des deux imams rivaux d’antan qui ont fini par se donner la main pour laisser le siège tant convoité à un autre élu. Ils sont des grands hommes, indique le chef de l’Etat. « Etre un grand homme, c’est être capable d’avoir fait des combats, d’avoir connu des conflits parce que les combats et les conflits font partie de la vie et d’être capable à un moment donné de faire la paix et d’accepter de faire des sacrifices pour l’intérêt commun. Je salue et félicite tous ceux qui ont été partisans de l’un ou de l’autre. Vous avez fait tous preuve de grandeur en acceptant d’oublier le conflit. Votre action de paix honore Sèmèrè», a également laissé entendre le président Patrice Talon à la foule en liesse. Aussi, a-t-il émis le vœu que l’Imam Abdallah Hamam réussisse sa mission avec l’aide de tous et surtout qu’il «conduise spirituellement les fidèles » à bon port. Une fois la paix retrouvée et la page de la crise tournée, place doit être faite au développement, a-t-il indiqué. «Désormais dans cette nouvelle ambiance, nous allons pouvoir faire face à nos défis, parce que les défis nous en avons beaucoup. Il nous manque beaucoup de choses au Bénin et à Sèmèrè», souligne le président de la République ?

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE