Année judiciaire 2016-2017 : L’ordre des avocats préoccupé par l’indépendance de la...

Année judiciaire 2016-2017 : L’ordre des avocats préoccupé par l’indépendance de la justice

1
PARTAGER

« Quel type d’avocat pour une justice indépendante ? ». Ainsi est intitulé le thème de la rentrée solennelle du barreau du Bénin qui s’est déroulée le vendredi dernier à la Cour d’appel de Cotonou. Cette rentrée judiciaire a été l’occasion pour Maître Cyrille Djikui, Bâtonnier de l’ordre national des avocats du Bénin de faire l’état des lieux de l’indépendance de la justice. « L’état des lieux révèle que notre système lui-même ne permet pas d’exclure une certaine hypothèse de sorte qu’il est difficile de savoir à qui on peut reprocher la carence et à qui on peut imputer la corruption. Il faut également dire que les chaînes empêchant traditionnellement la justice dans notre pays d’être indépendante empruntent la voie des groupes de pression que les amis, les parents, le milieu religieux, les clubs et autres associations dans lesquelles nous militons forment. Il peut également s’agir de la pression venant du milieu politique ou même de l’Exécutif. La servilité dans laquelle se trouve notre justice prend sa source de plus en plus dans le comportement des acteurs professionnels que sont les avocats », a déclaré le Bâtonnier. A l’en croire, lorsqu’un avocat est sujet de reproche, il compromet ainsi l’indépendance de la justice. « Il paraît donc que la responsabilité d’aucun des acteurs de notre système n’est à épargner dans la situation actuelle de notre justice affaiblie par nos comportements et décrédibilisée sur l’autel des compromissions auxquelles certains avocats se livrent régulièrement… C’est pourquoi, je voudrais inviter chacun de nous à faire un examen profond de sa conscience et à y extirper le vice pour se tourner résolument vers la vertu… Au contraire des autres acteurs de la justice, nous sommes les vrais gardiens du temple et à ce titre, notre comportement doit être irréprochable puisque nous avons la lourde charge de transmettre non seulement le flambeau aux générations futures, mais également de maintenir toujours rayonnante la lumière d’une justice qui brille de ses mille feux, dans la parure d’une dame élégante et réellement indépendante », a-t-il ajouté.
Cette cérémonie a été l’occasion pour le Bâtonnier de demander au garde des sceaux, ministre de la justice qu’un bon traitement soit accordé aux avocats à l’image des magistrats. « Je demande qu’il soit repensé le traitement de l’avocat dans la République et qu’il soit alloué au Barreau des moyens matériels et des commodités pour rendre aisé son rôle dans la mission de la justice,… Il ne me semble pas exagéré de penser et de dire que les Bâtonniers qui se sont les plus illustrés par le combat juste qu’ils ont mené à la tête de l’ordre pour son rayonnement, méritent la reconnaissance de l’Etat par des distinctions honorifiques… Je fais un plaidoyer de cœur pour qu’enfin, le cri et la cause de l’avocat soient autrement entendus », a-t-il conclu.
Isac A. YAÏ

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE