Affaires SEGUB et Morpho Dys: Hêhomey se prononce et éclaire l’opinion

Affaires SEGUB et Morpho Dys: Hêhomey se prononce et éclaire l’opinion

0
PARTAGER

Le Ministre des Infrastructures et des Transports, Hervé Hêhomey était sur les plateaux Golfe Télévision dans la soirée de ce mardi, 22 novembre. Face aux caméras et à l’opinion béninoise, le ministre s’est prononcé sur les dossiers Segub et Morpho Dys, deux « affaires » qui défraient la chronique depuis plusieurs jours au Bénin.

C’est à une émission spéciale que Golfe TV a convié ses téléspectateurs ce mardi. Intitulée « Segub et Morpho Dys, que retenir ? », le programme a reçu le ministre des Infrastructures et de transports, Hervé Hêhomey, invité à situer le peuple noyé depuis plusieurs jours dans un torrent de supputations de toutes sortes. Sur toutes les lèvres le dossier relatif à la Segub, la Société d’exploitation du guichet unique du Bénin a été passé en revue par le ministre. Il a déclaré que ladite société n’a pas respecté l’avenant n°1 qui le lie à l’Etat béninois. Et selon lui, les 10 mille francs CFA inscrits sur le bordereau de frais unique(BFU) au profit du profit du Guichet unique d’obligation du commerce extérieur (GUOCE) ne sont pas justifiés, aucune prestation n’ayant été faite en contrepartie. Et sur ce point, l’Etat est décidé à entrer en possession de ces fonds injustement perçus au cours de la période allant de novembre 2014 au 22 avril 2016, a dit le ministre. Le dossier Morpho Dys du nom de la structure à qui incombera la sécurité aéroportuaire n’a pas échappé au ministre qui s’est attelé à apporter les clarifications nécessaires sur l’un des sujets les plus débattus ces derniers moments. A entendre Hervé Hêhomey, la gestion sécuritaire à l’aéroport de Cotonou n’a pas encore été confiée à Morphys Dys. Elle est toujours assurée par Sécuriport dont la gestion, a-t-il dit est biaisée. Et c’est cela, ajouté aux dysfonctionnements constatés au niveau de Sécuriport qui explique, à l’en croire, la décision du gouvernement de suspendre ses activités. Illustrant ses propos d’exemples, le ministre a relevé que Sécuriport s’est substituée à la Police nationale, allant jusqu’à gérer les données personnelles des passagers. Ce qui n’est pas du ressort de ses compétences. L’autre exemple donné par le ministre concerne la somme de 20 dollars de redevance que perçoit Sécuriport, et ce de façon délibérée, sur chaque passager. Et c’est pour donner un coup d’arrêt à ces dysfonctionnements et marquer la rupture avec les mauvaises pratiques que le gouvernement du Nouveau départ, a expliqué le ministre, s’est résolu à nouer un partenariat de dix ans avec le groupe industriel et technologique Safran dont fait partie Morpho Dys. A en croire l’autorité, l’aéroport de Cotonou, grâce à ce partenariat, sera doté des technologies de pointe pour une meilleure sécurité. Et contrairement à ce qui a été constaté avec Sécuriport, les équipements de Safran seront gérés par la Police nationale, a-t-il clarifié.

Flore S. NOBIME

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE