Affaire véhicules d’occasion : Les révélations de Jean-Baptiste Elias et de Martin...

Affaire véhicules d’occasion : Les révélations de Jean-Baptiste Elias et de Martin Assogba

0
PARTAGER

Le scandale dans la gestion des véhicules d’occasion n’a pas encore livré tous ses secrets.Invité le dimanche dernier avec Martin Assogba sur Soleil Fm, Jean-Baptiste Eliass’est prononcé sur la gestion de la filière sur la période 2007 à 2009.Dans ses déclarations, le Président du Front des organisations de lutte contre la corruption (Fonac), dénoncele fait de confier les recettes de la filière à des privés. A l’en croire,ça ne devrait plus être le cas, conformément aux recommandations de la commission d’enquête, dont il a été le Président au cours de cette période. « A l’époque, on ne remettait pas l’argent à des privés.Deux constats ont été faits dans ce dossier. L’argent qui était collecté était mis dans un compte à part. Et dans la logique de l’unité de caisse, nous avions proposé que l’argent aille au trésor. Ensuite, on a remis l’argent dans un compte à la Bceao. La commission que je présidais s’est déplacéepour aller à la Bceao pour avoir accès au relevé de tous ces comptes-là », a-t-il précisé.En attendant d’en connaître davantage sur cette enquête, les résultats pourraient s’avérer importantsau regard des personnalités interrogées.

« Il n’y avait pas Patrice Talon dans le jeu »
Au nombre des personnalités interrogées en ce temps par la commission Elias, il y a des députés et des autorités au sommet de l’Etat. « Nous avons eu l’honneur d’écouter le Président de la République lui-même, Boni Yayi. Nous avions eu à rencontrer Pascal Koupaki dans ce dossier pendant plus de deux heures », a précisé Jean-Baptiste Elias. Cependant, les invités de Soleil Fm n’ont pas porté d’accusationscontre ces personnalités qu’ils ont dit avoir écoutées. Ils ont tenu à souligner que le Chef de l’Etat actuel n’était pas impliqué au regard des éléments dont ils ont eu connaissance au cours de l’enquête entre 2007 et 2009. « Nous n’avons vu aucune trace de Monsieur Patrice Talon, ni ses sociétés ni lui-même physiquement », a laissé entendre Martin Assogba. Et au Président du Fonac d’ajouter : « …mais, à partir de 2011-2012, il y a eu Pvi, nous, nos travaux se sont arrêtés à 2009 ».
Fulbert ADJIMEHOSSOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE