Affaire «18 kilos de cocaïne pure» : Alcrer et les centrales syndicales...

Affaire «18 kilos de cocaïne pure» : Alcrer et les centrales syndicales vont-elles répondre à Djogbénou ?

0
PARTAGER

Face à la presse nationale, mardi dernier, le ministre de la justice avait critiqué les acteurs de la société civile qui avaient pris position dans le dossier Ajavon. «Lorsque l’on voit les associations supposées lutter contre l’impunité qui se battent afin que les enquêteurs ne soient pas saisis, qui se battent pour que le gouvernement intervienne pour arrêter des procédures, on se pose des questions», a-t-il fait observer. Ancien acteur de la société civile, Me Joseph Djogbénou, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a appelé les organisations non gouvernementales et les centrales et confédérations syndicales à la retenue. «Je voudrais le dire à toutes et à tous, notre opinion publique. Je voudrais dire à tous les clergés possibles qu’à partir du moment où le circuit judiciaire est saisi et cela commence par les officiers de police judiciaire, le ministre de la justice intervient. Vous imaginez que de par ma formation, de par ma culture, resté silencieux est très douloureux. C’est une règle que nous nous sommes imposée et c’est une règle qui sera appliquée. Il aura sans doute d’autres affaires, que celles et ceux qui voudraient se mobiliser sur ces affaires ne demandent pas au Président de la République et au ministre de la justice d’intervenir», a-t-il prévenu.

Faut-il le rappeler, dès l’éclatement de l’affaire des «18 kilos de cocaïne pure», plusieurs organisations de la société civile étaient montées au créneau pour dénoncer l’arrestation «arbitraire» de l’homme d’affaires Sébastien Ajavon. Il s’agit notamment de l’Ong Alcrer de Martin Assogba et des centrales et confédérations syndicales. Vont-elles répondre au ministre de la justice ? Wait and see.

Notre Voix

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE