Accueil Société

Absence de matériel au CNMS: Voilà qui prouve que le gouvernement n’aime pas le sport

0
PARTAGER

Le Centre national médico-sportif (CNMS), logé dans les locaux du Palais des sports du stade Mathieu Kérékou n’existe de nos jours que de nom. Cette structure, dans sa genèse est chargée de l’encadrement et de la recherche médicale des sportifs.  Mais paradoxalement, il ne dispose d’aucun équipement susceptible de lui permettre de faire valoir sa vocation; celle de l’assistance médicale des sportifs.  Du coup, le personnel y travaillant ne vient qu’en randonnée, puisqu’il n’y a rien à faire. Ce qui pourrait bien l’exposer au risque de perte de notions de base, car “tout métier pratique est question de routine” a dit l’autre.

Entièrement équipé par le gouvernement béninois pour un montant d’environ 50 millions de FCFA” a-t-on appris et Inauguré en août 2001, par Valentin Aditi Houdé, ancien ministre des sports, le CNMS, vu comme le laboratoire d’espoir des sportifs béninois blessés autrefois (toute discipline confondue), répugne plus d’un aujourd’hui. Au faite, ce centre devrait avoir une salle de rééducation, un laboratoire, une infirmerie générale et une pharmacie. Il devrait aussi permettre de déterminer grâce aux recherches de son personnel des mesures curatives de même que celles préventives appropriées aux situations du genre. Malheureusement ce joyeux dont les bâtiments ont été refectionnés par le ministre Affo n’attend que des actions pragmatiques et décisions administratives du gouvernement Talon pour servir les sportifs béninois.

Mais pourtant des gouvernements se sont succédés et des autorités n’ont cessé de faire du tintamarre, quant à leur amour pour la jeunesse sportif. Comment alors comprendre qu’on ne puisse entretenir ce qu’on prétend aimer ?

En réponse aucun des gouvernements juste que là n’aime le sport. Il est un secret de polichinelle que des sportifs béninois promis à un avenir radieux ont du mettre un terme à leur carrière, juste parce qu’il fallait sortir du pays pour trouver une solution à leur mal. N’ayant pas les moyens, la fin de carrière reste le dernier recours. La vie de ce centre viendra donc conserver des chance de médailles pour la république qui sait si c’est aux Jeux Olympiques…

Il est bon que pendant ses années d’activités sportives intenses, le jeune béninois résidant sur le sol national jouisse du statut d’athlète de l’élite et que l’Etat lui accorde le nécessaire décent. Il doit bénéficier d’une couverture et d’une prise en charge médicale qui le mette à l’abri de toute difficulté fonctionnelle aliénante pour son intégrité physique. Le Centre National Médico-sportif doit pour cela être équipé et rendu fonctionnel” a bien dit Oswald Homéky, actuel ministre des Sports, lors de sa rencontre avec les responsables à divers niveaux du mouvement sportif béninois en juillet 2016. Le suivi médical étant on ne peut plus indispensable pour les sportifs, il doit être une priorité du ministre Homéky qui n’ayant pas de bâton magique doit être beaucoup plus méthodique.

Que faire pour sa refonte ?

Pour redynamiser ce centre, après enquêtes, il faudra un décret dans lequel il sera définir les attributions, le fonctionnement, l’organisation de la structure. Il faudra aussi affecter au CNMS un comptable. Ajouter toutes autres formes de dispositions permettant au centre d’être dans les normes.

Absence de compétences en gestation !!!

Le domaine médical est l’un des plus sensibles, dans l’existence humaine. Le manque de pratique pourrait, faire baisser le niveau de connaissance du personnel sanitaire de ce centre. Puisqu’il n’a plus de cas pratiquement à traiter. En effet , les automatismes disparaissent et le génie de la création et l’anticipation s’enterre. Alors le gouvernement a beaucoup à gagner en redonnent vie à ce centre. Les actes valent mieux que les promesses.


Source : Benin web TV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here