Abandonnés à leur propre sort après leur formation : Les appelés du...

Abandonnés à leur propre sort après leur formation : Les appelés du service militaire dans la rue

0
PARTAGER

Les appelés démobilisés du service militaire d’intérêt national ont finalement décidés de se faire entendre. Laissés pour compte depuis 2007, ils ont battu le macadam hier, lundi 08 août 2016, de la place de l’Etoile rouge au ministère de la Fonction publique pour exiger leur réinsertion. Ils ont été soutenus par le secrétaire général de la Cstb, Paul EssèIko.

Habillés en rouge avec des banderoles au front, des pancartes et branchages en main, ils sont allés exprimer leur mécontentement et désarroi à l’autorité ministérielle. Se disant victimes de duperie par le gouvernement depuis plusieurs années, ces appelés du service militaire du secteur de l’enseignement mènent une vie précaire pendant que leurs collègues du secteur de la santé ont été reversés. Prenant la parole, le porte-parole du Collectif, Tossa Claude a dénoncé une injustice qui dure et qui les maintient dans la misère bien qu’ils aient fait assez de sacrifices pour se faire former. Ces derniers entendent désormais descendre régulièrement dans les rues pour exiger leur réinsertion sans condition ni délai avec rappel de salaires, le paiement des primes de démobilisation et autres droits, le dédommagement des familles des victimes du service militaire d’intérêt national, l’audit de toutes les structures militaires et civiles qui sont intervenues dans l’organisation du service militaire. Présent sur les lieux, le Directeur de cabinet du ministère de la fonction publique, Videhouenou David a confié que les problèmes actuels ne sont que la conséquence de l’improvisation, de l’imprévision de l’Etat. Il a, par la suite, rassuré que des essais de solutions seront apportés dès jeudi prochain et de façon consensuelle au problème. Quant au Sg Paul EssèIko, il a exhorté les manifestants à toujours poursuivre la lutte jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

A.B


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE