5ème congrès du Sacp:Sauver l’enfant, limiter au maximum les risques

5ème congrès du Sacp:Sauver l’enfant, limiter au maximum les risques

0
PARTAGER

Le Bénin accueille le 5ème congrès de la Société africaine de chirurgie pédiatrie (Sacp). Des congressistes de 11 pays d’Afrique prennnent part à ces assises de trois jours qui se tiennent depuis hier lundi 17 mai 2016 au Palais des congrès à Cotonou.

Après Abidjan en 2011, le collège des chirurgiens obstétriciens et praticiens du Bénin et de la sous-région ont pris rendez-vous pour échanger sur l’évolution de la science. Au-delà d’une simple conférence, c’est une école d’échanges et de partages d’expériences que le Sap a instauré depuis plusieurs années au service des pédiatres africains. Au total, 127 communications sont en train d’être présentées depuis hier sur l’évolution de la pratique. La vision, c’est de parvenir à améliorer sensiblement la pratique afin de limiter au maximum les risques de mortalité et de morbidité infantile dans les centres hospitalo-universitaires mais aussi les hôpitaux de la mère et de l’enfant d’Afrique. Pour la Vice-présidente du Sacp, Anoah Da-silva, la pratique de pédiatre impose à la fois une compétence avérée mais aussi un savoir-vivre. La responsabilité du praticien en termes de travail implique également une prise en compte du bien-être intégral du patient qu’il a en charge. Pour le Président Sapc, Michel Fiogbé, la plupart des pays africains ont pratiquement les mêmes difficultés en termes d’équipements et de prise en charge des cas complexes. Cette insuffisance affirme-t-il, obère sensiblement les actions mais aussi les envies de performances et de progrès dans le domaine. Au cours des échanges, il a exhorté les autorités africaines à s’impliquer davantage dans le renforcement des plateaux techniques des hôpitaux en vue d’une évolution de la science. La couverture sanitaire est assurée avec un seuil égal à 23 personnels qualifiés pour 10.000 habitants. Au Bénin, on ne dénombre que 8 personnels qualifiés pour 10.000 habitants. Après avoir rappelé les efforts du gouvernement du Bénin, le ministre du Bénin a exhorté à une action collective pour venir à bout de ce mal. « Je voudrais vous exhorter à une union sacrée pour sauver la vie de l’enfant », a-t-il déclaré.

HA

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE