3780, 39 hectares de coton emblavés dans la Donga

3780, 39 hectares de coton emblavés dans la Donga

0
PARTAGER

Djougou - Le président de l’Association interprofessionnelle du coton (AIC), Mathieu Adjovi, s’est imprégné vendredi du déroulement de la campagne cotonnière 2016-2017 dans le département de la Donga à la faveur d’une séance d’échanges tenue avec les acteurs de la filière au siège de l’Union communale des producteurs de coton de Djougou.

Faire le point à mi-parcours de la campagne cotonnière en cours, c’est l’objectif de cette séance qui a connu la présence du maire de la commune de Djougou, Alassane Zoumarou, et de tous les acteurs du monde du coton des quatre communes de la Donga.

Du taux de satisfaction de la mise en place des intrants, au point des emblavures, en passant par le taux de réalisation et de performance, le directeur général Atacora-Donga du CARDER, Amadou Barassounon, a éclairé, avec les chiffres à l’appui, la lanterne du président de l’AIC et sa suite.

A l’en croire, 3780, 39 hectares ont été emblavés dans la Donga cette année, contre 1502,22 hectares la campagne écoulée, soit un taux d’accroissement de 152%. Avec un taux de réalisation de 62%, a expliqué le DG, 3 mille 085 tonnes de coton graines sont attendus.

« La pluviométrie a été au rendez-vous et le cotonnier se porte très bien », a rassuré à la suite du DG CARDER, la responsable du développement rural de la commune de Djougou, Wassilatou Ibrahim. Elle a plaidé pour le recrutement des agents pour un meilleur encadrement des producteurs.

Le président des producteurs de la Donga, Boukari Soumanou, a quant à lui salué le retour de l’AIC dont les exploits par le passé dans la commune de Djougou ne sont plus à démontrer. J’en veux pour preuve, a justifié M. Boukari, la construction de l’actuel siège de l’union communale des producteurs de coton et les formations dont bénéficiaient directement les producteurs. Il a insisté sur l’impraticabilité des pistes coton.

Le président de l’AIC, Mathieu Adjovi, a démontré pour sa part l’importance des réformes engagées par le gouvernement de la rupture, pour le bien-être des producteurs et l’amélioration de la productivité. Il a promis tout mettre en œuvre pour que tous les problèmes énumérés soient solutionnés.

Au nom de l’exécutif communal, le maire de Djougou, Alassane Zoumarou, s’est réjoui de la séance. Le coton, a poursuivi l’autorité communale, est le poumon économique du Bénin.

ABP/IM/TB

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE