Accueil Société

27è édition de la Journée de l’enfant africain: Les exhortations d’Adidjatou Mathys

0
PARTAGER

Les enfants africains seront à l’honneur, demain vendredi 16 juin, dans le cadre de la journée qui leur est dédiée. C’est dans ce cadre que le ministre en charge des Affaires sociales, Adidjatou Mathys, a adressé, hier mercredi 14 juin, un message à la nation. Tout en rappelant les actions retenues dans ce cadre par le pays, elle invite les défenseurs de la cause infantile à se pencher résolument sur la question de la protection de la couche, conformément à la directive de la communauté africaine.

Pour la 27è édition de la Journée de l’enfant africain (Jea), la communauté africaine gage sur la protection des enfants. Le thème choisi est intitulé: « L’Agenda 2030 pour un développement durable en faveur des enfants en Afrique : Accélérons la protection, la responsabilité et l’égalité des chances ».
Pour le ministre en charge des Affaires sociales, Adidjatou Mathys, ce thème traduit la volonté du Bénin d'asseoir un cadre national en faveur de l’épanouissement réel des enfants. Il colle avec la vision de la Politique nationale de Protection de l’enfant qui projette qu’« à l’horizon 2025, tous les enfants au Bénin vivent dans un cadre familial, communautaire et institutionnel exempt de toutes formes de violence, abus et exploitation à leur égard et où tous les acteurs sont mobilisés et participent à leur protection dans une approche intégrée », explique-t-elle.
Pour elle, ce combat mérite d’être mené au regard des nombreux préjudices que subissent les enfants. « Ils sont confrontés à des phénomènes silencieux et insidieux tels que le mariage des enfants, les violences physiques, psychologiques et les abus sexuels qui font dangereusement obstacle à leur vie…», se désole-t-elle.
Pour autant, les acteurs ne prennent pas encore conscience du tort qu’ils font aux victimes. C’est pour cette raison que le Bénin a placé la présente Journée de l’enfant africain (Jea) sous une initiative de haute portée sociale. Il s’agit du lancement de la ‘’Campagne tolérance zéro’’ au mariage des enfants ainsi qu’à toutes autres formes d’abus à l’égard des filles. Par cet évènement, le pays entend répondre à l’une des recommandations de l’Union africaine en 2014, dans le cadre de la lutte contre ce phénomène en Afrique.
Cette campagne qui sera menée durant trois ans, contribuera à la création d’un environnement favorable à l’adoption de comportements pouvant garantir la protection de tous les enfants, soutient-elle.
Pour gagner le pari, le ministre en charge des Affaires sociales en appelle à la conscience collective.
« Nous sommes tous interpellés ! Gouvernement et société civile, partenaires techniques et financiers, autorités locales et leaders communautaires, autorités religieuses et gardiens de la tradition, acteurs de la protection, assistants sociaux, agents des forces de l’ordre, acteurs de la chaîne judiciaire, hommes et femmes des médias, acteurs des secteurs de l’éducation, parents et enfants », lance-t-elle.
Aussi demande-t-elle expressément à toutes les parties prenantes à cette campagne de reconnaître sa finalité, celle de parvenir à « zéro impunité » aux violations des droits de l’enfant au Bénin. Elle souhaite que l’évènement soit un réel sursaut patriotique pour tous. « J’invite toutes les parties prenantes à renforcer la communication pour le changement de comportements, le dialogue communautaire et institutionnel, la mise en place des dispositifs de dénonciation, l’amélioration de l’accueil et de la prise en charge des victimes éventuelles et leur accompagnement, ainsi que le renforcement des mesures répressives », exhorte-t-elle?

Source : aCotonou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here