Yayi Boni à propos de ses relations avec son successeur : «Talon...

Yayi Boni à propos de ses relations avec son successeur : «Talon était animé du souci du gain»

4
PARTAGER

L’ancien président Yayi Boni a expliqué à nouveau les raisons des relations houleuses qu’il entretient avec son successeur. Face à la caméra de la télévision Voxafrica, il a montré vendredi dernier à Malabo qu’il n’avait pas de problème politique avec Patrice Talon.

« Mes relations avec Patrice Talon sont excellentes. Ceci, pour la simple raison que la passation de charges a lieu. Donc je lui ai remis le pouvoir conformément aux textes du pays et pour le respect que j’ai pour le peuple béninois. C’est un peuple de paix. Donc, il est venu, la passation a eu lieu, nous avions fait un tête-à-tête, on s’est parlé entre amis », a déclaré Yayi Boni la semaine écoulée. En mission d’observation en Guinée équatoriale dans le cadre de la présidentielle du 24 avril,Yayi Boni a en effet évoqué ses rapports avec son ancien allié. « Il n’y avait pas de problème politique. Il me disait que c’était un problème politique. Non ! Pas du tout ! J’avais le souci de réussir mon mandat. Mais lui, il était opérateur économique donc animé par le souci du gain. Mais pour moi, il n’était pas question que je quitte la présidence sous la pression des cailloux parce que le pays aurait été mal géré. Ou alors parce que j’aurais organisé la concussion. Ou alors parce que j’aurais eu à nourrir un seul fils alors qu’il y a au moins 10 millions de Béninois. Pour moi, l’intérêt général prime sur toute amitié », a-t-il poursuivi.

Yayi Boni a fait à Malabo des déclarations fracassantes qui pourraient embarrasser le président Patrice Talon qui prône, lui, la rupture dans la gouvernance. L’actuel occupant du palais de la Marina pourrait être irrité et considérer cette intervention comme une campagne internationale de sabotage et d’intoxication. Il pourrait bien chercher à répondre à son vis-à-vis. Ce qui mettrait à mal la réconciliation négociée à Abidjan le lundi 18 avril dernier. Les déclarations de l’ancien Chef de l’Etat sonnent comme des décharges. Et rien n’empêche a priori Patrice Talon de contredireYayi Boni et se défendre.  

«L’alternance peut détruire les acquis»

Depuis Malabo où Yayi Boni observe en tant que chef de la mission de l’Union africaine les élections, il s’est aussi interrogé sur les spécificités de la démocratie en Afrique. Dans une longue interview accordée à nos confrères du site d’informations Afrique Connection, Yayi Boni a soutenu que l’alternance politique  ne devrait pas être imposée.  « Si un président peut faire mieux, qu’on le laisse le soin. Si le peuple dit qu’il est efficace pour nous aujourd’hui … Parce que la démocratie ce n’est pas du vent. La démocratie doit pouvoir nourrir, soigner, alimenter la question de l’élimination de la pauvreté. Si  elle s’inscrit dans cette perspective, il appartient au peuple de décider», a déclaré l’ancien président, selon  Afrique Connection. Il expliquera davantage son point de vue : « L’alternance peut aussi paraître comme un mécanisme qui vient détruire les acquis lorsque le président est à l’écoute du peuple, et que le peuple estime que ce président-là doit continuer. Parce qu’en son temps le peuple continue de se nourrir, de s’habiller, de s’éduquer, se soigner… Il y a un débat que nous devons faire en matière de limitation des mandats. Non pas que je regrette. J’ai fait ce que la Constitution m’a prescrit. C’est de mon devoir de respecter le peuple béninois, parce que c’est le peuple qui l’a arrêté de manière consensuelle».  Dans le même entretien, Yayi Boni donnera quelques conseils à Patrice Talon : « … Le Président Talon dit qu’il y aura la réforme des institutions. Il y aura un débat. La recommandation que je lui ferai c’est d’éviter les exclusions. Il faut que tous les fils du pays soient associés pour sauver l’intérêt général. L’essentiel est que les institutions fonctionnent. Qu’elles soient des institutions fortes dirigées par des hommes de qualité».

A.S.

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. Nous remercions vraiment Dieu de nous avoir aider nous dbarrasser de Yayi Boni. Son lection en 2006 a t une erreur monumentale de la part du peuple bninois et j’ai honte de toute son attitude depuis qu’il a compris qu’il n’y avait aucune chance pour lui de rester au pouvoir.

  2. vraiment merci sgr.et je remarci les journaliste du Bnin et particulirement ceux du radio tokpa, caravane du matin,week-end a tout vent le grand FSP et tout le reste. ce ki fait ke aujourd’hui nous somme la.

LAISSER UN COMMENTAIRE