Voyages de Talon à l’étranger : Quelle place pour les opérateurs économiques?

Voyages de Talon à l’étranger : Quelle place pour les opérateurs économiques?

0
PARTAGER

Le Chef de l’Etat  aura du mal à convaincre les citoyens de sa volonté de soutenir les opérateurs économiques béninois. Ses actions confirment les craintes de certains observateurs.

Après son élection en mars dernier, beaucoup ont pensé que  Patrice Talon aiderait moins les opérateurs économiques nationaux. Leurs appréhensions  risquent de devenir réalité. Puisque le Chef de l’Etat fait tout pour leur donner raison. Le président Talon a effectué depuis son accession au pouvoir plusieurs voyages à l’étranger sans jamais se faire accompagner de grands chefs d’entreprise. Il était entre autres  en Chine, au Nigéria et au Rwanda pour discuter des questions économiques, de commerce international ou encore d’énergie. En Chine, il a pris part au début du mois de septembre  au deuxième « Forum Investir en Afrique » dans la ville de Guangzhou. Une initiative qui a regroupé plus de 300 participants. Une occasion rêvée pour prospecter des partenariats avec des grands groupes. Mais la délégation béninoise n’était faite que d’officiels. Patrice Talon, ancien homme d’affaires, n’a pas cru devoir séjourner dans l’ «empire du Milieu» avec des opérateurs économiques nationaux pour leur faciliter des échanges fructueux. Au Rwanda vers la fin du mois d’août, un pays en développement qui connait des succès certains, le Chef de l’Etat n’était pas non plus entouré d’hommes d’affaires béninois.  C’était le même constat lors de ses visites au Nigéria, la première économie du Continent noir. La délégation officielle était très légère. Ni le Conseil national du patronat du Bénin (Cnp-Bénin) ni la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) ne sont sollicités pour suivre le Chef de l’Etat. Or, ce sont des structures très importantes dans l’environnement socio-économique national. Leurs animateurs sont au fait des préoccupations des populations et restent aussi capables de trouver de bonnes opportunités d’affaires pour les entreprises béninoises.

Patrice Talon a commis des erreurs en oubliant d’associer les opérateurs économiques à sa gestion. Il accorde visiblement moins d’importance à ces hommes qui constituent pourtant des maillons déterminants de l’économie nationale. Ses actions décriées ont commencé à inquiéter des observateurs au point qu’ils se demandent si le Chef de l’Etat n’a pas pour objectif de contrôler l’économie nationale. Certains craignent que le président Talon ne veuille écarter des hommes d’affaires concurrents pour maximiser les chances de réussite de ses proches. Les gestes du successeur de Yayi Boni sont visiblement édifiants. Et ils pourraient bien créer  un malaise dans le rang des hommes d’affaires nationaux déjà fragilisés par la crise économique qui sévit chez le géant de l’est.

Mike MAHOUNA


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE