Vindicte populaire au Bénin : Les auteurs bientôt poursuivis

Vindicte populaire au Bénin : Les auteurs bientôt poursuivis

0
PARTAGER

Le gouvernement a enfin réagi aux actes de vindicte populaire que  connaît le Bénin depuis plusieurs semaines. Le Conseil des ministres  de ce mercredi a, entre autres, instruit le Garde des Sceaux afin que  la lumière soit faite sur ces monstruosités.

Les faux justiciers auteurs des actes de vindicte populaireont du souci. La Justice est à leur trousse. Selon le point de presse hebdomadaire fait hier mercredi par le ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence de la République, Pascal Irénée Koupaki,le Conseil des ministres de cette semaine  a condamné la recrudescence de la vindicte populaire et a pris des mesures fermes. «…Le Conseil a instruit les ministres de la Justice, de la Sécurité publique et de la Défense aux fins de faire procéder avec diligence à des enquêtes sur tous les cas de vindicte populaire survenus et non prescrits, d’appréhender et de poursuivre les auteurs, les co-auteurs et les complices », a-t-il déclaré. Suite aux critiques suscitées par la barbarie, le gouvernement s’est enfin résolu à agir. Les forces de sécurité devraient donc prêter main forte à la Justice dans les prochains jours. Tous ceux qui sont impliqués dans les actes ignobles décriés ces derniers jours sont activement recherchés. Le Conseil des ministres a en tout cas pris la résolution de les débusquer et de les sanctionner conformément à la loi. L’idée, c’est de mettre fin au phénomène qui n’a que trop duré et dissuader les apprentis tueurs qui guettent encore l’occasion pour commettre leur crime.Sensible aux critiques, le gouvernement de la Rupture a certainement aussi voulu éviter au Bénin les rapports noirs des organisations de défense des droits de l’homme.

Mais la Justice réussira-t-elle à épingler des auteurs et complices?La tâche sera ardue. Les actes dénoncés sont a priori des punitionsi nfligées par le peuple. Il sera bien difficile d’identifier tous leurs auteurs et commanditaires. Cela relèvera d’une gageure. L’infraction recherchée est punie par les juridictions répressives. La sanction pénale étant personnelle, donc rattachée à la personne du fautif, l’exercice sera  très compliqué pour la justice béninoise. Me Elie Vlavonou  affirmait d’ailleurs dans une interview accordée à Océan Fm  cette semaine : « … Si on n’arrive pas à détecter dans cette (la) masse d’individus,celui qui a effectivement causé l’acte qui est dommageable, il sera vraiment un peu difficile de poursuivre. Je n’ai pas idée, en tout cas, en ce qui me concerne, que devant des juridictions, il y ait eu poursuite  de cette infraction-là…».  Des propos  qui devraient obliger le gouvernement à redéfinir ses attentes.  

A.S.


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE