Un mois après : Le peuple attend toujours une bouffée d’oxygène

Un mois après : Le peuple attend toujours une bouffée d’oxygène

0
PARTAGER

Par : Mathieu DAHANDE

Si l’on allume une allumette aujourd’hui au Bénin, on risque de mettre feu au pays tant la concentration est forte. Les béninois guettent les mercredis comme la terre aride attend l’eau de pluie. Et pour cause, depuis le premier conseil des ministres annonçant une kyrielle de suspensions chacun se demande à qui le prochain tour. Même si ce qui est fait jusque-là n’offre pas l’occasion faire tel ou tel commentaire, le peuple béninois n’a pas encore eu son compte. Au lieu que la situation sociale marquée par le manque d’emploi s’apaise, elle s’est plutôt accentué ces derniers jours avec le débauchage de nombreux jeunes qui avaient réussi à se caser pour joindre les deux bouts. Nous n’en voulons pour preuve que la suppression d’un certain nombre de poste dans les ministères et à la présidence de la république, une situation qui va créer encore la psychose dans plusieurs familles et au sein de la communauté en général. Les anciens attachés de cabinet les chargés de protocoles, les chargés de mission et de communication et les nombreux autres fonctionnaires de la présidence de la république qui sont désormais au chômage technique viennent grossir le rang des milliers de jeunes à la quête de l’emploi. Les réformes d’accord mais le peuple d’abord. Les béninois attendent les mesures sociales qui vont les soulager de leurs nombreuses souffrances. Le règlement urgent de la question du délestage ayant déjà été pris en compte, le gouvernement de la rupture doit penser à renforcer le panier de la ménagère, régler dans les meilleurs délais la question de l’approvisionnement en produit pétrolier. La gestion du système éducatif qui devrait être l’une des plus grandes priorités n’est pas encore évoquée à ce jour. Quel est le sort réservé aux milliers de femme précédemment bénéficiaires de micro crédit au plus pauvre ? Que deviennent les nombreux jeunes bénéficiaires des programmes de l’ANPE et du volontariat ? Ces questions hantent encore les béninois. Et le gouvernement doit clarifier au plus vite les différentes situations afin de soulager le peuple. Sinon pour l’instant, les béninois pensent que le président Patrice Talon veut d’abord rebâtir son empire du coton et remettre sur les rails le système des affaires, toute chose dont le peuple ne peut directement bénéficier. L’autre chose que le gouvernement ne doit pas perdre de vue c’est la diversification des filières agricoles pour éviter au pays une crise alimentaire dans cet environnement où les plus se font de plus en plus désirer. Le peuple veut le pain et la paix. Et aucun des deux n’est aujourd’hui garanti.

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE