Tractations politiques en cours au parlement: Des députés Fcbe sautent dans la...

Tractations politiques en cours au parlement: Des députés Fcbe sautent dans la Rupture

1
PARTAGER

Depuis la fin du règne du président Boni Yayi le 06 avril 2016, on observe une accalmie au sein de sa famille politique. Les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) restées jusque-là la première puissance politique pour avoir réussi à tenir en respect plusieurs alliances et partis politiques, sont réduites à leur plus petite expression. A l’Assemblée nationale, ses députés qui interviennent encore dans le débat parlementaire du fait de leur présence au sein de la 7ème législature, tentent vaille que vaille de rejoindre la vague du Nouveau départ. Après Jean-Michel Abimbola, Lucien Houngnibo, on apprend de sources dignes de foi qu’un groupe de députés Fcbe et alliés s’apprête à rejoindre leurs collègues qui ont, à visage découvert, œuvré pour le sacre du président Patrice Talon. André Okounlola, Bénoit Dégla et certains députés de la région septentrionale seraient en train de négocier leur ralliement au camp de la rupture. Un ralliement qui serait rendu favorable par la volonté de leur leader de « soutenir » le président Talon à réussir son mandat, si l’on s’en tient à la véracité de ses propos tenus à la rencontre d’Abidjan ce lundi 19 avril 2016.

Quid du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale

Le contrôle de l’action gouvernementale est l’une des trois missions essentielles dévolues aux députés à l’Assemblée nationale. Le rapport d’activités de Me Adrien Houngbédji mentionnant l’exécution de cette mission pendant les six derniers mois, a révélé un faible taux. Une situation qui pourrait s’empirer et dégrader l’image de la nouvelle législature au cas où celle-ci serait réduite à un seul bloc de députés. En effet, le ralliement tous azimuts des députés alliés aux Fcbe et ceux ayant travaillé pour le candidat de l’alliance républicaine à l’élection présidentielle de 2016, suscite beaucoup d’interrogations. La question que nombre de Béninois se pose est de savoir quel groupe de députés initiera au cours des prochaines sessions des questions orales ou écrites ou des interpellations au gouvernement sur un quelconque dossier dont on n’aurait pas compris la gestion. Puisque pour ceux qui ont vu passer l’histoire du parlement aux 5ème et 6ème législatures, on peut déjà se poser la question de savoir ce qui empêche les députés Fcbe et alliés d’interpeller le nouveau gouvernement au sujet de la suspension des concours de recrutement dans la fonction publique organisés en 2015.

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. on ne force personne chacun est libre mais ne visons pas toujours nos propre intérêt chacun peut de sa position dans son parti politique aidé le gouvernement en place

LAISSER UN COMMENTAIRE