Suppression des contrats de presse avec l’Etat ; nécessité pour les journalistes béninois...

Suppression des contrats de presse avec l’Etat ; nécessité pour les journalistes béninois de tourner la page.

0
PARTAGER

Le gouvernement béninois a supprimé les contrats de communication qui lient les structures d’Etats aux organes de presse. Cette décision qui vient sonner la fin de la récréation dans la presse au Bénin, s’inscrit prioritairement dans l’optique du gouvernement de rendre la presse béninoise plus professionnelle et plus performante au service du développement.

En effet, depuis maintenant quelques années, il est un secret de Polichinelle que la presse béninoise a perdu ses marques de noblesse. La création tous azimuts d’organes de presse, parfois sur instruction des directeurs des structures d’Etat, des directeurs de communication des ministères ou même des ministres, est, selon certains observateurs, la principale raison de la dégradation de la qualité de presse au Bénin.

Dépourvue tant de compétences que de structures de régulation dignes et de financement adéquat, la presse béninoise dans une grande majorité, ne vie que de raquettes et des contrats de communication occultes signés avec les patrons des structures d’Etats ou les directeurs de communication des ministères ou parfois avec les ministres. Ainsi, certains organes de presse, plus que des griots, sont à la solde du plus offrant.

La presse d’investigation, qui est censée être un instrument de lutte contre la corruption, est devenue un instrument de pression du journaliste sur les acteurs coupables d’actes de corruption ou de mauvaise gestion. Occultant à dessein les grandes questions qui engagent l’avenir et le développement durable de la nation, la presse béninoise, à la quête du pain quotidien, est indiscutablement l’autre grand coupable des maux qui entravent le développement du Bénin.

Ces manquements font d’ailleurs partir des raisons de la régression de la qualité de presse au Bénin selon « Reporter Sans Frontière ». Avec la suppression des contrats de communication entre les structures d’Etats et les organes de presse, le gouvernement béninoissemble, conformément à ses objectifs, sonner le glas de la presse partisane. Il est donc temps que le journaliste béninois fasse preuve de professionnalisme pour le bonheur de la presse béninoise et pour le développement de la nation car, « quand la presse fait bien son travail, la république se porte mieux » dit-on.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE