Supposée interdiction de l’atterrissage de l’avion de Bio Tchané : Le rapport...

Supposée interdiction de l’atterrissage de l’avion de Bio Tchané : Le rapport qui disculpe Yayi

0
PARTAGER

Beaucoup de Béninois l’ont souhaité. C’est désormais chose faite. Le Ministre Gustave Dépo Sonon, chargé des travaux publics et des transports est monté au créneau hier mardi 23 février 2016. Principal sujet à l’ordre du jour, le dossier relatif au supposé refus de l’aéronef transportant le candidat Abdoulaye Bio Tchané d’atterrir sur l’aérodrome de Parakou. Tout disculpe Yayi.
L’affaire a fait grand bruit. « La vie du candidat Abdoulaye Bio Tchané et de celle de sa Directrice Nationale de campagne, Madame Célestine Zanou mises en danger par qui vous pouvez le deviner. L’avion transportant ces deux personnalités à Parakou où devrait se tenir le meeting de lancement du candidat a été empêché d’atterrissage pour des raisons fallacieuses de météo alors que deux hélicoptères utilisés par qui vous savez ont pu atterrir et décoller du même aérodrome sous nos yeux. Le chef d’orchestre de cette manœuvre qui s’obstine à nous imposer un intrus à la tête de notre pays a-t-il pensé un instant à la vie de ces deux personnalités et de la délégation qui les accompagne sur le vol ? Que ce serait-il passé s’il n’avait prévu que le carburant juste suffisant pour rallier Parakou sans possibilité de retour à Cotonou? Je pense que ces gens là veulent nous pousser à bout mais ils ne perdent rien à attendre notre saine indignation. Mais qu’ils le veuillent ou non, un autre jour se lèvera sur le Benin le 6 avril 2016 qui les mettra hors d’état de nuire. Les forces de rupture l’emporteront sur les forces du mal de la continuité ». Ce message posté sur les réseaux sociaux par Jacques Ayadji, cadre du ministère des travaux publics et des transports n’a laissé indifférent aucun Béninois. Les commentaires sont allés bon. Dans l’état-major du candidat Abdoulaye Bio Tchané, la tension était vive. Il a fallu une intervention télévisée du candidat pour que le calme revienne.
Mais qu’est-ce qui s’est vraiment passé à Parakou ce 21 février 2016 ? Les réponses apportées hier mardi 23 février 2016 par le ministre des transports et le rapport pondu le 22 février 2016 par la société Corporate Elite Group qui a affrété l’aéronef transportant Abdoulaye Bio Tchané (voir en fac similé) donnent l’éclairage qui manquait. Rien de tout ce qui a été dit n’est vrai. Tout est faux. Et comme on ne peut jamais allumer un feu et le mettre sous le boisseau on peut alors s’abreuver à la source de la déclaration faite par le ministre Dépo Sonon et du rapport sus-cité.
Pourquoi l’avion de Bio Tchané n’a pas atterri
« L’avion de type JETSTREAM 41.4101 immatriculé TU-TSP est effectivement arrivé à Cotonou le 21 février 2016 et un plan de vol a été déposé au bureau de piste de Cotonou vers 08h30 TU pour un décollage à 09h10 TU. Vers 10h55 TU, cet aéronef qui transportait dix (10) passagers et 03 membres de l’équipage est arrivé sur zone c’est-à-dire à Parakou. Le pilote a entrepris une procédure d’approche visuelle compte tenu du terrain de Parakou. A cette date, l’aérodrome de Parakou ne dispose pas encore de procédures de vol aux instruments pour une approche de précision (VOR, DME, LOCALIZER) que nous avons déjà à Tourou qui malheureusement n’est pas encore ouvert à la circulation aérienne publique.
Donc, avec une visibilité quasi nulle, le pilote a procédé à une remise de gaz après une première tentative d’atterrissage. Une deuxième approche visuelle a été entreprise également sans succès. C’est alors que le commandant de bord a pris la décision de rester en circuit d’attente pendant trente (30) minutes pour attendre une amélioration mais en vain.
Après toutes ces tentatives et tout ce temps en circuit d’attente, le Commandant, après consultation de son co-pilote et information donnée aux passagers, a décidé de revenir à Cotonou qui est son aéroport de dégagement et de destination. In fine, c’est le Commandant de bord qui décide de ce que les informations à lui communiquées lui permettent d’atterrir ou non », a martelé le ministre en charge des transports qui n’a pas manqué d’ajouter à ce qu’il a dit une autre précision de taille. « Contrairement à ce qui a circulé et qui est très loin de la réalité, la piste de l’aérodrome de Parakou était dégagée et entièrement dégagée ce jour-là et à cette heure-là de tout aéronef. Les deux hélicoptères présents à l’aérodrome étaient bel et bien sur l’aire de stationnement et non sur la piste. D’ailleurs, il n’aurait jamais été possible en tout cas en aviation civile d’autoriser une approche alors que la piste n’était pas dégagée. C’est impossible car c’est une règle élémentaire en aviation civile », a-t-il ajouté avant de déplorer le traitement qui a été infligé par de vils individus à l’agent présent à l’aéroport de Parakou qui assistait le pilote en lui fournissant les informations nécessaires pour éviter tout crash. Pour le ministre Sonon, Yayi n’a rien à avoir dans cette affaire. « Au contraire, ce qui s’est passé a permis de sauver la vie au candidat Bio Tchané et à son équipe de campagne », a-t-il dit.

Affissou Anonrin

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE