Soulémane Issiakou, Ex DG de Béni-rail ( l’ex Ocbn), membre de la...

Soulémane Issiakou, Ex DG de Béni-rail ( l’ex Ocbn), membre de la Coalition de la Rupture parce que membre du parti du député Aké Natondé : « Patrice Talon, c’est autre chose que ce que nous avons connu »

0
PARTAGER

« Pour moi, pour les 100 premiers jours du gouvernement de Talon, le bilan est globalement satisfaisant parce que beaucoup de choses ont été faites. Et j’en fais une appréciation  à deux niveaux. Patrice Talon, c’est autre chose que ce que nous avons connu, c’est un mode de gouvernance totalement contraire à ce que nous avons connu avec Boni Yayi. Patrice Talon incarne la rupture pour le nouveau départ parce qu’il ne faut pas confondre les deux concepts. La rupture, c’est faire les choses autrement. La rupture est effective à travers un certain nombre de décisions qui ont été prises pendant les 100 jours, notamment par rapport aux concours à polémiques. C’est après la rupture que le nouveau départ sera amorcé, avec la satisfaction de certaines doléances et préoccupations d’ordres social, économique et politique des populations. Le gouvernement de la Rupture doit faire des efforts sur le plan de la communication gouvernementale, parce qu’on a l’impression qu’il y a une rétention de l’information. Je voudrais souhaiter plus de justice dans les différentes décisions. Sinon que pour l’instant, tout se passe conformément selon le programme de société du Président Talon. »

Djagali Ferdinand, conducteur de taxi-moto  

« Le pays va très mal mais on ne peut tout de suite accuser le Président Patrice Talon. Les choses s’empiraient déjà avant qu’il ne prenne le pouvoir. Nous devons lui laisser encore un peu de temps avant d’évaluer sa gestion. Au moins un an d’abord. En tout cas, dans un bref délai, j’ai su qu’il a beaucoup travaillé notamment avec le découpage territorial, l’annulation des concours frauduleux. J’ai l’assurance qu’il fera de grandes choses durant son mandat ».

Marius Dadjo, commissaire de Police à la retraite, ancien président de la Fédération béninoise de football « (…) le régime Talon fait son petit bonhomme de chemin »

Normalement les 100 jours de bilan s’apprécient plus dans les pays où la mandature est de deux. Qu’il vous souvienne que le président Talon a juré qu’il ne veut que faire un mandat. Alors, lui mettre la pression pour commencer déjà à apprécier son bilan me paraît mal séant. Nous devrions donc prendre du temps pour l’aider à faire les réformes qu’il a promises en même temps qu’on l’aiderait à rester dans le droit chemin. Réformes d’accord mais il faut aussi que le minimum pour que le peuple puisse le suivre dans ses réformes soient réalisé. Nous devons aller à l’école des pays où on magnifie plus ce qui va et où on aide à construire par des critiques objectives ce qui ne va pas pour le mieux. Personnellement je pourrai dire que le régime Talon baptisé de la Rupture et du Nouveau départ fait son petit bonhomme de chemin. Comme vous venez de le souligner, il a dit qu’il est prêt et il a montré par des actions rigoureuses avec trop d’énergie qu’il était préparé à la chose. Vous pourrez voir par exemple les décisions relatives  à la suppression des postes de contrôle sur les axes routiers, la suspension des avantages accordés par l’ancien régime aux forces de sécurité, le délestage qui a diminué, c’est des choses à saluer. Cependant on ne peut pas dire, parlant de la sécurité que toute est rose avec la recrudescence de la vindicte populaire, la multiplication des agressions, des braquages…Moi je suis heureux qu’au conseil des ministres on ait mis un holà en indiquant que la vindicte populaire est un crime dont les auteurs doivent être poursuivis. Et vous auriez constaté que si la vindicte populaire n’a pas cessé, elle a quand même reculé d’au moins 90%.

Justement sur le plan sécuritaire. Avez-vous l’impression que le principe de « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » est respecté?

Là je ne voudrais pas donner l’impression que c’est une guerre de personnes. Sinon je ne sens pas les responsables nommés à ces postes en train de bien faire ce qu’ils devraient faire. La sécurité étant le premier besoin de tous les peuples et de toute activité humaine, je crois que les responsables que ce soit du ministre aux directeurs généraux et les chefs services, ils doivent revoir leur fonctionnement pour une meilleure qualité sécuritaire à offrir au peuple.

Et sur le plan du football est-ce que vous sentez qu’il y a une lueur d’espoir ?

En trois mois sinon en dix ans, il est difficile de concevoir ou de construire  quelque chose en matière de sport. Je peux seulement noter avec force que le nouveau pouvoir a manifesté la volonté d’offrir la meilleure collaboration aux fédérations dans la gestion de la chose sportive pour des résultats efficients. Je souhaite que toutes les fédérations se donnent la main pour que le sport en général s’élève et qu’on ne parle pas que du football.

Des propositions pour une amélioration de la gouvernance

J’aurais souhaité que le gouvernement, la tête vraiment froide apprécie correctement ses décisions avant de les prendre. Sur le plan sécuritaire par exemple, je lui aurais conseillé de prendre les mesures sécuritaires qui ont été rendues publiques après avoir nommé les directeurs de la Police et de la Gendarmerie. Ces personnalités auraient apporté leur expertise aux tenants et aboutissants des mesures telles que : l’imposition stricte du nombre de postes de contrôle qu’il devrait y avoir sur les corridors et le sevrage des policiers des avantages que l’autre régime leur a accordés. Si c’était possible, je suggère qu’aussi rapidement, le gouvernement se penche là-dessus tel qu’il a réglé avec célérité la question des concours frauduleux ou mal organisés. Mieux, que le ministre se remette dans la peau d’un responsable en charge de la gestion sécuritaire parce que comme je le dis souvent, n’est pas responsable à la sécurité qui veut.»


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE