Sortie affaiblie des récentes échéances:L’Un s’arme pour un Nouveau Départ

Sortie affaiblie des récentes échéances:L’Un s’arme pour un Nouveau Départ

0
PARTAGER

Un peu comme diminuée d’une guerre éprouvante, l’Union fait la nation (Un) panse patiemment ses plaies. La grande alliance a tenu une séance de réflexion sur son avenir politique. C’était hier dimanche 29 mai 2016 au Chant d’oiseau à Cotonou.

Les récentes élections lui ont fait perdre des plumes. La coalition a vécu des instants difficiles dont elle se remet à peine. Les assises d’hier étaient donc une occasion tant attendue pour remettre la troupe en confiance. L’exercice n’a pas été aisé, car il a fallu crever l’abcès. Les points de divergence, mais aussi les questions sensibles ont été abordées à l’occasion. Trois grands points ont servi de plat de résistance à cette œuvre commune de renouveau. Il s’agit de la question du financement de l’administration permanente de l’alliance. Cette question cruciale a permis d’évaluer le niveau de résistance de l’Un aux différents problèmes géopolitiques et stratégiques. Les participants ont également fait le bilan de la participation de l’Un aux récentes consultations électorales en l’occurrence la présidentielle. A ce niveau, les militants ont abordé la question essentielle de la fusion. L’autre point crucial qui a concentré toutes les énergies, est relatif à la jeunesse du parti. Le défi majeur à ce niveau a été de parvenir à réaliser l’arrimage parfait entre les problèmes de survie de la jeunesse qui attend désespérément son heure et l’existence politique de l’Alliance. Le parcours est jalonné de ronces, mais le regroupement compte sur l’engagement des uns et des autres pour se relever. Pour le président du Comité d’organisation Fataou Djiman, l’espoir est permis. L’alliance, affirme-t-il, se doit de prendre désormais en charge sa propre destinée politique afin de s’offrir une place sous le Nouveau départ. « Conscient que l’Union fait la nation dépasse les hommes et femmes qui la portent et au regard des réformes en chantier actuellement, il est désormais permis d’espérer », a-t-il déclaré. Il urge donc, selon ses dires, de procéder à une restructuration approfondie ainsi qu’à une meilleure organisation pour donner à l’Alliance, plus de présence en vue de meilleurs résultats les années à venir. La rencontre d’hier dimanche était donc un tournent décisif en vue de lendemains certainement radieux pour cette alliance.

Hospice Alladayè

Déclaration finale de la Journée de réflexion

Le dimanche 29 mai 2016, s’est tenue au Chant d’oiseau à Cotonou, la journée de réflexion de l’Union fait Nation. Cette importante rencontre a réuni sous la supervision effective du Vice-président Kolawolé A. Idji environ 200 participants constitués des forces très actives et très engagées des structures nationales des différents partis membres de l’alliance. La journée avait pour objectif de recueillir les avis et propositions des différents partis membres et des collectifs des adhérents directes sur les questions de la restructuration et de la réorganisation des dernières consultations électorales. Les questions soumises à la réflexion des participants sont :
1. Les difficultés d’organisation et de fonctionnement de l’Union fait la Nation et de ses structures décentralisées
2. Les perspectives de l’Union fait la Nation comme alliance de partis ou parti politique à l’ère des réformes du système partisan et du Code électoral.
3. L’Union fait la Nation à l’épreuve de la réorganisation des structures de masse.
Avec satisfaction, les débats ont révélé une fois tant en commission qu’en plénière, la diversité des opinions et ont abouti à des conclusions qui traduisent l’engagement d’unir les forces politiques afin de créer un contexte favorable à la transformation de l’Alliance Un en un parti fort et unifié.
Au terme des débats, les forces vives de l’Union ont exprimé librement leurs avis et ont ainsi formulé des recommandations sur les différentes questions débattues au sein des panels.
Sur la question de l’organisation du fonctionnement de l’Alliance et de ses structures décentralisées, les participants recommandent :
- de faire de l’Union fait la Nation un parti politique, ce qui entraîne la disparition de fait des patrimoines des partis membres de l’Alliance.
- de renforcer les recrutements des adhérents à l’Un en mettant un accent particulier sur les zones non couvertes.
- de mettre en place un système d’information et de communication de l’Union fait la Nation.
- de mettre en place un répertoire sur les militants de l’Union fait la Nation.
- d’identifier systématiquement tous les membres de l’Un sans tenir compte de leur parti d’origine.
- d’instituer une cotisation des membres.
Sur la question des membres aux perspectives de regroupement en tant qu’alliance de partis ou de partis politique à l’ère des réformes du système partisan et du Code électoral, les militants présents à la présente journée recommandent :
- l’ouverture d’un registre d’enregistrement des membres de l’Union fait la Nation avec délivrance des cartes d’adhésion,
- la définition des critères clairs d’adhésion à l’Union fait la Nation
- la définition d’un chronogramme et la mise en place d’un comité préparatoire du congrès constitutif du parti Un pour au plus tard décembre 2016,
- la définition d’une idéologie politique claire du parti Un et,
- l’élection effective des différents membres des structures de l’Union fait la Nation lors du Congrès constitutif.

Fait à Cotonou,

Le 29 mai 2016

Idji Kolawolé : « Nous sommes à un moment crucial »

« …Nous sommes ici à un moment crucial de l’évolution de notre pays. Nous sommes là à un moment crucial de l’évolution de l’Union fait la Nation. Il faut nous en convaincre. Certaines forces, il n’est pas besoin de faire un dessin, souhaitent que vous disparaissiez. Pour laisser place à quoi ? Je ne sais pas. Mais chacun peut s’interroger et chacun peut s’apporter une réponse. Ce que je dis là est un fait que chacun d’entre nous peut constater.

Vous avez appelé, courageusement, depuis dix ans à la rupture en faisant l’opposition la plus structurée, la plus déterminée, la plus combattive…et vous êtes parvenus à faire élire le candidat qui représente votre espoir. Vous êtes parvenus à faire élire Patrice Talon qui a réussi parce qu’il représente l’espoir de tout un peuple. Vous avez réussi à amener la rupture et Patrice Talon a dit rupture pour un nouveau départ. Il n’a pas dit rupture pour une nouvelle arrivée. Il a bien dit Rupture pour un Nouveau Départ. Cela veut dire que vous vous engagez dans un voyage qui, je vous l’assure, ne sera pas de tout repos.

Le chemin est long. Je ne sais si c’est 50.000 Km ou 500.000 Km. En tout cas, je sais que c’est un voyage de cinq années. Et la route est probablement assez cahoteuse. Il faudra bien attacher vos ceintures. Il faudra bien vous aguerrir parce qu’au cours de ce voyage, vous verrez toute sorte d’oiseaux bizarres qui seront peut-être dans le même bus que vous, qui diront qu’ils sont pour la Rupture. Certains d’entre eux seront habillés en policier, certains comme des gendarmes, certains comme des douaniers réguliers. Ils vous diront qu’ils sont là pour la Rupture et pour un Nouveau Départ. Mais méfiez-vous ! C’est peut-être des braqueurs. On les connaît. C’est à cela qu’il nous faut réfléchir.
Le projet que vous avez construit depuis tant d’années et auquel vous avez consacré tant de temps, tant d’énergie, tant d’effort et qui vous a amenés là où nous sommes aujourd’hui, vous satisfait-il ? Voulez-vous le poursuivre ? Si vous voulez le poursuivre, le voulez-vous en l’état ou il y a-t-il un pas supplémentaire à franchir ? Que devez-vous faire pour faire en sorte que la victoire de Patrice Talon, la victoire de la Rupture pour le Nouveau Départ soit effectivement la victoire d’une autre politique comme vous l’avez souhaité depuis si longtemps ? Mes chers camarades, c’est à cela qu’il vous a été demandé de réfléchir. Et vous devez réfléchir vite pour faire des propositions précises.

Il ne nous est pas demandé au cours de ce voyage pour un Nouveau Départ et pour la Rupture de faire de belles phrases. Il nous est demandé de penser à des problèmes concrets de ce pays concret qu’est le Bénin. Il nous est demandé de faire en sorte que l’espoir revienne dans nos Communes et dans nos arrondissements. Il nous est demandé de dire aux jeunes comment faire pour que la préoccupation majeure ne soit pas celle du grenouillage individuel contre le chômage des jeunes.

Voilà ce qui vous est demandé et voilà les réponses que vous devez apporter au pays. Si vous ne vous sentez pas capables d’apporter des réponses autres que verbales à ces questions précises et concrètes, alors vous êtes obligés de conclure que votre projet n’est plus pertinent et que dès ce dimanche, nous pouvons nous séparer. Mais je sais que vous n’êtes pas des défaitistes. Vous ne vous êtes pas battu depuis 10 ans et depuis beaucoup plus longtemps pour beaucoup d’entre vous pour s’arrêter en si bon chemin. Je sens que vous qui êtes ici ce matin voulez être la locomotive dans le train du Nouveau Départ pour que ce train arrive à donner satisfactions aux espoirs d’un peuple qui en a vraiment besoin.

Je voudrais vous souhaiter un bon dimanche encore une fois, des travaux accélérés et fructueux, une réflexion approfondie et qu’à la fin de nos assises, nous ayons des réponses et des propositions concrètes qui seront transmises à l’ensemble du peuple béninois. Le souci majeur étant que l’Union fait la Nation puisse faire un bond qualitatif et faire faire un bond qualitatif aussi au train du Nouveau Départ, à la victoire d’une autre politique, à la victoire réelle et effective du président Patrice Talon… »

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE