Sociétés et offices d’Etat : Vague de suspensions des Dg

Sociétés et offices d’Etat : Vague de suspensions des Dg

14
PARTAGER

Le nouveau départ imprime lentement, mais sûrement sa marque. Le régime va à son rythme et n’est nullement influencé par l’impatience des partisans de la victoire. La pédagogie Talon éprouve les nerfs, mais se départit des imprudences du régime défunt. Longtemps attendues, les premières nominations tombent déjà à la tête des sociétés et offices d’Etat restés jusqu’ici sous la direction des fidèles de Yayi. Après l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac), la Société béninoise de manutentions portuaires (Sobemap), la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Sonacop), le Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb), ce fut hier, le tour du Port autonome de Cotonou (Pac) de voir relever de ses fonctions sa Directrice générale. Ainsi, le Pac, poumon de l’économie nationale avec ses structures connexes telles que la Sobemap et le Cncb, ont changé de main. Le département des transports subit de grandes mutations et sans doute à raison, parce que le Bénin est surtout un pays de service. Le régime Talon prend progressivement et entièrement possession du navire. Le limogeage des Dg Yayistes n’est que la conséquence directe du changement de régime. Et Patrice Talon met d’ailleurs du temps à marquer son territoire. D’aucuns disaient que le nouveau régime laisse un goût d’inachevé, car pour ces ‘’mauvaises’’ langues, le Nouveau départ s’est installé, mais ce sont les compétences laissées par le précédent régime qui font le boulot. En tout cas, à chacun sa méthode et son mode de gouvernance. Les premières nominations sont connues, et seul le Nouveau départ pourra répondre désormais des actes que poseront ses poulains. C’est aussi cela la gouvernance au sommet de l’Etat. Le régime de la rupture doit installer son équipe, pour ne pas continuer à rendre davantage responsables les artisans de la gestion dite catastrophique de Boni Yayi. Un nouveau départ impose des hommes acquis à la cause, imprégnés de la vision et ayant les compétences pour la transformer en des actes concrets. Une mission, c’est une vision, des hommes et des moyens.
, Arnaud DOUMANHOUN

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

14 COMMENTAIRES

  1. Bonjour tout le monde. Pensez un peu aux béninois de l’étranger qui ont du mal à se faire délivrer les passports et qui sont obligés de revenir au Bénin s’ils veulent avoir un passport. Parfois, le pays d’accueil veut les aider à leur octroyer les cartes de séjours, mais faute de passport, ils vivent toujours en situation irrégulière.
    C’est honteux qu’un pays comme le Bénin ne puisse pas délivrer les passports dans les ambassades lorsque nous prenons le cas de : Mali, Niger, Côte d’ivoire etc….Tout les ressortissants de ces pays obtiennent leurs passports ordinaires biométrique depuis que celui est entré en vigueur dans leurs ambassades.
    Pourtant le Bénin a les moyens.

  2. De toute facon il est encore trop tôt qu’on juge le nouveau depart.Le tout ne suffit pas de changer mais mettre les gens qu’il faut a la place qu’il faut.Qui va lentement va sûrement.

  3. Un article digne du journalisme stalinien….on avait connu les thuriféraires du regime de sabotage de yayi avec les fous du roi et autres…. maintenant voila ceux de Talon qui apparaissent…. avec cette catégorie de citoyen le bénin ne peut connaitre le development…..

  4. Je pense que l’article donne une information puis fait un commentaire sur un sujet et une méthode.
    Je ne vois pas en quoi cela fait l’apologie d’un régime.
    Les nominations sont incontournables surtout que nous savons tous que la plupart des nominations intervenues ces deux dernières années et ce, jusque entre les 2 tours des élections n’ont pas forcément été objectives.
    L’ancien régime à su remercier sans tenir compte des capacités des un et des autres à gérer ou à diriger.
    On va espérer que les autorités actuelles imposent des obligations de résultat aux nouveaux cadres nommés et que ceux ne seront pas à la hauteur soient débarqués.
    Le pays en sortira grandi

LAISSER UN COMMENTAIRE